VIDEO. Tête de Macron sur une pique : Robert Badinter dénonce une "représentation absolument condamnable"

L'ex-garde des Sceaux a appelé les manifestants à prendre toute la mesure du symbole. 

Invité sur le plateau de "C à vous", sur France 5, lundi 27 janvier, Robert Badinter s'est montré très en colère. Les images d'une manifestation baptisée "retraite aux flambeaux", à Paris, jeudi 23 janvier, ont provoqué l'ire de l'avocat : on y voit notamment des manifestants porter une fausse tête d'Emmanuel Macron au bout d'une pique, entre autres pancartes appelant à sa décapitation par guillotine. 

"La représentation d'une tête au bout d'une pique, qui n'est rien d'autre que la continuité d'une guillotine, est, pour moi, à mes yeux, absolument, totalement condamnable." Celui qui a fait voter l'abolition de la peine de mort en France n'a pas toléré ces images. "Derrière le symbole, il y a la pulsion, et derrière cette pulsion, il y a la haine, et la volonté, par cette représentation, de détruire physiquement l'adversaire. Ce n'est pas tolérable", a-t-il argué.

"Aucune cause ne justifie cela" 

Le ministre de la Justice de François Mitterrand s'est indigné des références à la guillotine et à la décapitation d'un président. "On ne peut pas admettre, dans la République française, qu'on promène la tête de quelque homme ou femme politique qu'il soit au bout d'une pique. Ce n'est pas tolérable, et je le dis du fond du cœur. Aucune cause ne justifie cela." 

"Rien n'excuse, rien n'excuse ce degré de violence, non pas physique mais verbale. Rien ! Vous avez tous les moyens, toutes les libertés, l'expression, le défilé, la manifestation, le slogan, ce que vous voulez, mais pas la violence physique. Pas l'agression des êtres humains, pas non plus la symbolique de la mort. Parce que la mort n'est pas compatible avec nos idéaux", a conclu l'avocat.

Vous êtes à nouveau en ligne