VIDEO. Malgré les insultes racistes, Mathilde a réalisé son rêve : être Jeanne d'Arc

Mathilde Edey Gamassou est l'héroïne des traditionnelles fêtes johanniques d'Orléans. La lycéenne de 17 ans, qui a dû faire face à un déluge de commentaires racistes, s'est confiée à franceinfo.

"Quand j'ai mis pour la première fois le costume, je me sentais vraiment comme si j'entrais dans la peau de Jeanne. C'était vraiment émouvant", se souvient Mathilde Edey Gamassou. La lycéenne de 17 ans a été choisie parmi 250 candidates pour figurer Jeanne d'Arc, lors des traditionnelles fêtes johanniques d'Orléans (Loiret). Epée à la ceinture, étendard à la main, elle parade à cheval et en armure dans les rues de la cité, à l'occasion des célébrations annuelles de la victoire de l'illustre Pucelle sur les Anglais qui assiégeaient la ville en avril 1429. 

Ce choix du comité d'organisation a suscité sur les réseaux sociaux un déferlement de commentaires injurieux de la part des tenants de la droite identitaire, en raison des origines, béninoises par son père et polonaises par sa mère, de la jeune fille. Ce déluge d'attaques racistes a amené le procureur de la République à ouvrir une enquête préliminaire pour "provocation publique à la discrimination et la haine raciale".

"Le pardon, c'est important"

La présidente du comité Jeanne d'Arc est, elle aussi, montée au créneau. La jeune fille "répond aux quatre critères de choix que nous nous sommes fixés : résider à Orléans depuis dix ans, être scolarisée dans un lycée orléanais, être catholique et donner du temps aux autres", a-t-elle plaidé.

Mathilde Edey Gamassou, quant à elle, n'en veut pas à ses détracteurs. "Ce n'était qu'un petit bruit de fond", assure-t-elle. "Je ne suis pas sur les réseaux sociaux, je n'ai un portable que depuis septembre, donc ce n'était pas vraiment mon problème. J'étais vraiment dans mon pèlerinage pour m'imprégner de Jeanne", ajoute-t-elle, avant de s'en remettre à ses préceptes religieux : "Le pardon, l'amour, c'est vraiment des valeurs chrétiennes qu'il faut qu'on transmette à tous. Le pardon, c'est important. Ce n'est pas œil pour œil, dent pour dent."

"J'ai toujours rêvé de faire rêver à mon tour les petites filles"

Représenter Jeanne d'Arc était pour elle un rêve d'enfant. "Je suis arrivée à Orléans en 2003, j'avais 2 ans et demi", relate-t-elle. "J'ai vu pour la première fois la Jeanne de 2004 et j'ai vraiment cru que c'était la vraie Jeanne d'Arc. Et donc après, j'ai toujours rêvé de faire rêver à mon tour les petites filles."

Revêtir le costume de l'héroïne médiévale est pour elle un moyen de transmettre son héritage. "On donne un visage à Jeanne, même si tous les ans c'est un visage différent. Mais vu qu'on ne sait pas exactement à quoi ressemblait Jeanne d'Arc... On l'aide à toujours être d'actualité", croit la lycéenne. "Jeanne d'Arc incarne des valeurs qui sont universelles et toujours d'actualité, comme le courage, la piété, l'humilité, la persévérance dans l'adversité et l'audace de servir son pays et de lui être toujours loyale."

Vous êtes à nouveau en ligne