VIDEO. La rumeur des "chemtrails" décryptée par Thomas Snégaroff

BRUT

Des produits chimiques répandus dans l'atmosphère par les avions. Cette hypothèse, c'est celle des "chemtrails" ou traînées chimiques. L'historien Thomas Snégaroff raconte l'origine de cette rumeur et le vrai problème qui se cache derrière ces traînées…

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Lorsque les avions passent dans le ciel, ils laissent derrière eux des traînées de condensation, appelées "contrails" en anglais. Celles-ci sont dues à la différence de chaleur entre le moteur brûlant de l'avion et le froid de la haute altitude. Dans les années 1990, certaines personnes trouvent qu'elles sont parfois plus larges et restent plus longtemps dans les airs. La rumeur est alors née : en plus des "contrails", il y aurait aussi des "chemtrails", des traînées de produits chimiques.

Diverses hypothèses font alors leur apparition : des métaux lourds tels que le baryum seraient lâchés dans l'atmosphère pour stériliser la population, Monsanto chercherait à détruire les cultures traditionnelles, il s'agirait de géo-ingénierie visant à éviter le réchauffement climatique… L'historien Thomas Snégaroff a cherché à comprendre pourquoi cette rumeur a aussi bien fonctionné.

Par le passé et même dans le présent, on utilise parfois les avions pour répandre des saloperies sur la planète.

Thomas Snégaroff

à Brut

Selon lui, c'est avant tout parce qu'on utilise des avions pour répandre des engrais ou pesticides en agriculture, mais aussi lors de certaines guerres, comme ce fut le cas au Vietnam avec l'agent orange. Ensuite, "la géo-ingénierie, ce n'est pas un fantasme de complotiste. Ça existe aujourd'hui", précise Thomas Snégaroff. Grâce à la géo-ingénierie, les humains sont désormais capables de faire pleuvoir, déplacer des nuages…

En 2016, des scientifiques ont synthétisé et analysé ce que les partisans des "chemtrails" évoquent. Les conclusions sont claires : sur les 77 recherches, 76 montrent qu'il n'y a absolument rien dans l'atmosphère qui permet d'accréditer la théorie des "chemtrails".

Finalement, on s'inquiète de l'existence, ou pas, des "chemtrails" mais peut-être que, du coup, on ne voit pas le véritable problème.

Thomas Snégaroff

à Brut

Un chercheur allemand a démontré il y a quelques mois que les traînées de condensation sont en fait très mauvaises pour l'environnement. Les "contrails" agissent en fait comme des petites serres : l'air qui remonte de la Terre est ensuite réémis vers la planète, en raison des traînées de condensation.

Vous êtes à nouveau en ligne