VIDEO. L'histoire de Malik Oussekine, tué en 1986 par des policiers voltigeurs

BRUT

Dans un hall d'immeuble, Malik Oussekine est décédé, frappé à mort par des policiers. C'était le 6 décembre 1986.

"Ils se sont précipités sur Malik. Ils l'ont roué de coups de matraque et de coups de pied."

Il avait 22 ans. Le 6 décembre 1986, Malik Oussekine est décédé, frappé à mort par des policiers. "Il était parfait comme présentation, tenue, politesse. gentilesse (...)  J'avais même des rapports amicaux avec lui malgré notre différence d'âge. Je lui donnais des petits conseils sur le plan des études, et il écoutait tout ça gentiment et il cherchait dans différentes directions à se faire une situation", raconte Jacques Plante, propriétaire de l'appartement de Malik Ousséekine.

Une période de troubles

En 1986, Alain Devaquet est ministre de la Recherche et de l'enseignement supérieur et Jacques Chirac est le Premier ministre. Les deux présentent une réforme des universités mais les étudiants se soulèvent massivement contre elle. Charles Pasqua, le ministre de l'Intérieur à l'époque, mobilise le peloton des voltigeurs motoportés pour répondre aux revendications. Après des heurts entre manifestants et forces de l'ordre, Malik est pourchassé. "Les voltigeurs à l'époque, c'est que ça. C'est une équipe qui était faite pour frapper. Pour faire mal. J'irais même plus loin : pour tuer", déplore Dany Terbèche, le cousin de Malik. Après l'altercation, les secours arrivent sur place mais Malik Oussekine est déjà mort.

Vous êtes à nouveau en ligne