Statues, noms de rues : les symboles du passé esclavagistes font polémique

Des symboles jugés racistes ont été attaqués ces derniers temps à la suite de l'affaire George Floyd. Le mouvement a gagné la France et l'Europe.

En France aussi, des symboles et des noms de rue font polémique, notamment sur la façade atlantique. La mort de George Floyd a réveillé ces polémiques. Un personnage historique cristallise les débats, rappelle la journaliste Anaïs Hanquet en plateau, il s'agit de Jean-Baptiste Colbert. Des écoles, rues portent son nom mais la statue installée devant l'Assemblée nationale fait polémique. Car si Colbert était un des hommes les plus importants du 17e siècle, il était aussi à l'origine du Code noir qui réglementait la traite des esclaves dans les territoires français. Des associations réclament la suppression de tous les monuments portant le nom de Colbert.

Des rues Pétain débaptisées en… 2013

Une question sur l'esclavagisme que l'on retrouve dans tous les anciens ports négriers comme à Bordeaux (Gironde), où 21 rues portent le nom de familles qui se sont enrichies grâce au commerce triangulaire. Mais là-bas, la ville a préféré afficher des panneaux explicatifs ou développer la zone consacrée à cette histoire. Le thème de l'esclavage, mais, auparavant, d'autres noms de rues ont été changés. Dans les années 2010, plusieurs villages ont dû débaptiser des rues et toutes ces rues s'appelaient "Pétain". Trois villages en comprenaient dans le Nord, elles avaient été baptisées ainsi après la Seconde guerre mondiale. Il faudra attendre 2013 pour que la dernière rue Pétain soit débaptisée. Mais aux États-Unis, une dizaine d'avenues portent encore ce nom.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne