"Moi, j'ai pleuré devant le mur de Berlin" : il y a 30 ans, des Français partent en Allemagne pour assister à la chute du mur

Des citoyens est-allemands grimpent sur le mur de Berlin (ex-RDA), le 9 novembre 1989.
Des citoyens est-allemands grimpent sur le mur de Berlin (ex-RDA), le 9 novembre 1989. (STRINGER / REUTERS)

Beaucoup ont pris la route sur un coup de tête pour prendre part à l'euphorie collective.

"À cinq heures moins quart ce matin, premiers coups de pioche sur le mur de Berlin. Des dizaines d'Allemands est et ouest sont montés sur le monument historique", annonce la présentatrice du journal télévisé, le 9 novembre 1989. C'est en voyant ces images que Laurent, 20 ans à l'époque, décide avec quelques amis de quitter Montbéliard, direction l'Est. Il y a 30 ans, alors que le mur de Berlin tombe, de nombreux Français font le déplacement pour partager ce moment de communion collective. "Cela passait en boucle à la télé et puis on en a discuté avec mes quatre amis. On ne s'est pas posés de questions, on a séché les cours et on est partis."

Je me rappelle de la visite de ce Berlin qui contrastait tellement avec l'autreLaurentà franceinfo

Dans une petite voiture d'étudiants, de nuit et par un grand froid, les cinq jeunes Français traversent les postes-frontières et arrivent à Berlin. Là, ils voient deux pays, deux systèmes. "Je me souviens du contraste, raconte Laurent. Le Berlin-Ouest avec le Ku'damm, les grands magasins et puis le Reichstag qui était juste au bord de la frontière. De l'autre côté, Unter den Linden, Alexanderplatz. On était à Prenzlauer Berg, et alors autant maintenant, c'est ultra branché, mais à l'époque, c'était tout gris."

Et puis il y a le mur, avec une incroyable liesse tout autour. "Les gens s'enlaçaient, s'embrassaient, tout le monde discutait avec tout le monde. Il y avait une très grande euphorie et on sentait un grand changement historique", continue-t-il.

"Vivre l'histoire"

Patricia, elle, avait quitté Paris pour, dit-elle, "vivre l'histoire". "On a passé une nuit complète au bord du mur avec les gens, à gratter des petits bouts de mur, à prendre des troncs d'arbres pour essayer de le détruire plus vite. C'était un peu l'ambiance festive, les gens arrivaient en famille. C'était très très émouvant, moi j'ai pleuré devant le mur de Berlin."

On voyait les familles se retrouverPatriciaà franceinfo

Dans l'euphorie de la nuit, la Française et ses compagnons de voyage tombent sur Kurt, un Berlinois particulièrement accueillant. "On a ouvert le coffre, on avait un petit peu de vin, des rillettes, des baguettes, se souvient Patricia. On a sympathisé et il nous a demandé où on allait dormir. On lui a dit 'dans la voiture' et il nous a répondu 'c'est hors de question, je vous invite chez moi'. Donc il nous a accueillis, on a dormi à cinq par terre chez lui."

Après ça, Patricia et Kurt n'ont pas perdu le contact. Ils ont d'ailleurs prévu de se retrouver d'ici quelques jours pour fêter les 30 ans de la chute du mur de Berlin, et de leur amitié.

Il y a 30 ans, ces Français partis en Allemagne pour assister à la chute du mur de Berlin - Le reportage de Sarah Tuchscherer
--'--
--'--

Berlin : franceinfo fait le mur

À l'occasion des 30 ans de la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, franceinfo vous propose une série de reportages, entre souvenirs insolites et immersion dans l'Allemagne d'aujourd'hui.

- "Je me suis dit, ils se sont fait voler leur révolution !" : quand la chute du mur de Berlin laissait les militants communistes pantois

- "Qui sait me dire quel était le régime politique en RDA ?" : pour ces lycéens berlinois, l'Allemagne d'avant la chute du mur paraît bien loin

- "J'ai toujours espéré que ce mur tombe avant ma mort" : Jamila, fille d'une mère Est-allemande et d'un père palestinien, aimerait voir un autre mur tomber

- VIDEO. Il a franchi le rideau de fer suspendu à une ligne à haute tension : plus de 30 ans après, Robert raconte son passage à l'Ouest

- "Avant, on était plus chaleureux, le capitalisme nous a rendus froids" : en Roumanie, des habitants restent nostalgiques de l'ère soviétique

Vous êtes à nouveau en ligne