Les fresques de la grotte Chauvet ont finalement plus de 30 000 ans

Une personne regarde une reproduction des peintures de la grotte Chauvet, à Vallon Pont D\'Arc (Ardèche), le 8 avril 2015.
Une personne regarde une reproduction des peintures de la grotte Chauvet, à Vallon Pont D'Arc (Ardèche), le 8 avril 2015. (JEFF PACHOUD / AFP)

Des scientifiques ont pu établir une chronologie précise des occupations de cette grotte unique, située en Ardèche. Ils ont établi qu'elle a été utilisée par les premiers hommes modernes arrivés en Europe.

Les peintures de la grotte Chauvet sont plus âgées que prévues. Pour le savoir, une équipe de chercheurs français a établi pour la première fois une chronologie précise des fréquentations par des hommes et des animaux de la grotte située à Vallon Pont D'Arc (Ardèche). Les scientifiques ont publié les résultats de leurs travaux dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS), lundi 11 avril.

Les datations initiales au radio-carbone ont révélé que les nombreuses peintures et gravures dataient d'il y a plus de 30 000 ans, soit 10 000 ans de plus que ce qui était prédit par le style artistique : les scientifiques estimaient au départ qu'elles dataient de 22 000 à 18 000 ans. La grotte Chauvet est l'une des plus anciennes ornées et l'une des plus riches de l'art pariétal, avec notamment 447 représentations d'animaux.

Une datation précise de l'occupation humaine

Ces oeuvres sont donc quasiment contemporaines des peintures de la grotte de Lascaux de la période solutréenne. Les scientifiques ont analysé plus de 250 datations au radio-carbone. Ces dernières ont été effectuées pendant quinze ans sur des morceaux de charbon de bois trouvés sur le sol de la grotte et prélevés sur des dessins et marques sur les murs, ainsi que sur des ossements d'animaux, surtout d'ours.

Aucun reste humain n'a été découvert dans la grotte étant donné que les hommes n'y habitaient pas, mais la fréquentaient occasionnellement. Mais ces datations précises indiquent deux périodes d'occupation humaine. La première a eu lieu il y a 37 000 ans par les Aurignaciens, les premiers hommes anatomiquement modernes (homo sapiens) arrivés en Europe, et a duré jusqu'à il y a 33 500 ans. La seconde s'est étendue entre il y a 31 000 ans et 28 000 ans. "C'est la première fois qu'on obtient des dates aussi précises en années calendaires", ajoute Anita Quiles, qui a dirigé ces travaux.

Vous êtes à nouveau en ligne