Journées nationales de l'archéologie 2019 : demandez le programme !

Fouille archéologique à Aléria (Haute-Corse) le 27 mars 2019. L\'opération a permis de mettre au jour une tombe étrusque, découverte qui pourrait bouleverser les connaissances dans ce domaine.
Fouille archéologique à Aléria (Haute-Corse) le 27 mars 2019. L'opération a permis de mettre au jour une tombe étrusque, découverte qui pourrait bouleverser les connaissances dans ce domaine. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

La dixième édition des Journées nationales de l’archéologie commencent le 14 juin 2019 pour durer trois jours. Demandez le programme ! 

Les Journées nationales de l'archéologie, qui ont lieu du 14 au 16 juin 2019, fêtent leur 10e anniversaire. Avec une nouveauté de taille : elles franchissent les frontières pour s’élargir à l’Europe. 

Côté participation, ces dernières années, on pourrait parler d’une explosion. En 2018, ce sont ainsi 200.000 personnes qui se sont rendues à l’une des 1500 animations organisées dans le cadre des JNA dans toute la France, chiffre en hausse de 30 % par rapport à l’année précédente. L’archéologie est dans l’air du temps.

Comment expliquer le succès des JNA ?

Mais comment expliquer un tel succès ? "C’est un ensemble de facteurs. Il y a de plus en plus de grosses manifestations comme les 'villages de l’archéologie' où sont présentés tous les métiers de la discipline. Et puis, les activités proposées sont très intéressantes !", répond, malicieusement, Pascal Ratier, chargé des évènements et des colloques à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), qui organise la manifestation.

En 2019, le menu est plus que consistant. Ne serait-ce qu’avec l’ouverture de chantiers de fouilles et l’existence des 10 "villages de l’archéologie" à Aléria, Mandeure (Doubs), Nice, Orléans, Paris, Rennes, Toulouse, Troyes… Le programme est d’autant plus chargé qu’il s’ouvre aux autres pays européens : Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Suisse, République Tchèque… Et même au Royaume Uni en ces temps de Brexit ! Entre ateliers, conférences, "archéo-balades", expositions, petits et grands ont largement le choix, quel que soit leur âge. L’occasion de visiter certains sites habituellement fermés au public. Et d’aborder toutes les facettes de l’activité archéologique.

De La Réunion à la Guyane, de l’Auvergne à la Provence

Vu l’éventail des propositions, nous ne pouvons vous faire que quelques suggestions… Commençons par l’Outre-Mer. Exemple à La Réunion : les Journées seront l’occasion de découvrir une poudrière à Saint-Paul, construite au début du XVIIIe siècle et qui a servi jusque dans les années 1970. Et pour laquelle se sont affrontés Français et Britanniques en 1809. Autre exemple, en Guyane, le centre de recherche de l’Inrap à Cayenne présentera les activités de l’archéologie préventive (opérations qui ont lieu avant que l'on ouvre un chantier de travaux). Il présentera aussi les éléments découverts lors des fouilles menées dans ce département.

Cap sur la métropole. En Auvergne Rhône-Alpes, vous pourrez découvrir le monastère de Brou à Bourg-en-Bresse, chef d’œuvre du gothique flamboyant. Un monument édifié au début du XVIe siècle par Marguerite d’Autriche. Une conférence vous est proposée le 15 juin pour vous aider à dépoussiérer "vos idées reçues sur l’archéologie"

L\'église Saint-Nicolas de Tolentin de Brou, qui appartient au monastère de Brou à Bourg-en-Bresse (Ain). Photo prise le 19 avril 2016.
L'église Saint-Nicolas de Tolentin de Brou, qui appartient au monastère de Brou à Bourg-en-Bresse (Ain). Photo prise le 19 avril 2016. (GUIZIOU FRANCK / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

Avez-vous entendu parler de l’oppidum gaulois d’Entremont à Aix-en-Provence, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, petite ville gauloise fortifiée du IIe siècle avant notre ère ? Il est notamment connu pour son "portique aux crânes", édifice notamment destiné à exposer les têtes d’ennemis ou d’ancêtres héroïsés... Au programme : une visite guidée des vestiges.

Retour par la Bretagne, la Lorraine et les Hauts-de-France

Cap à l’ouest, plus précisément sur la plage du Lomer, à Pénestin (Morbihan), où a été découvert, dans la falaise, un gisement de coquilles de pourpres brisés. Un mollusque dont on extrayait la pourpre, "matière colorante d’un rouge vif" pour les tissus (Le Petit Robert), réputée dans l'Antiquité dans l’est de la Méditerranée. Au menu des JNA : une présentation du site et de son histoire.

Il y a les produits de l’industrie textile. Et ceux de l’activité minière. Au Thillot (Vosges), on vous propose de découvrir d'anciennes mines de cuivre, exploitées par les ducs de Lorraine à partir de 1560. Outre une visite des lieux sera notamment proposé un atelier d’initiation aux fouilles destiné à tous. Et ce dès l’âge de six ans.

Autre riche région archéologique : les Hauts-de-France. Exemple original parmi d’autres : une visite, en forêt d’Halatte (Oise), du site d’un temple gallo-romain consacré à la guérison. Les fouilles ont permis de mettre à jour plusieurs centaines d’ex-voto (plaques en pierre et en métal) exprimant la reconnaissance des fidèles.

Et l’Europe dans tout ça ?

En 2019, les JNA s’ouvrent à l’Europe. Là encore, des dizaines d’activités sont proposées dans plusieurs pays. Vous n’avez donc que l’embarras du choix !

Au Royaume-Uni, à Waterlooville (souvenir de la fameuse bataille…), près du port de Portsmouth (sud) sur le site d’une ancienne ferme, vous aurez la possibilité de découvrir des reconstructions de bâtiments anciens. Ou de participer à des ateliers de métallurgie, de cuisine du Moyen Age… En Autriche à Mitterkirchen (sud), sur un site fréquenté il y a 2700 ans, enfants et adultes pourront s’initier… à la chasse pratiquée à l’époque.

En Belgique, le service archéologique (intercommunale) de Ninove (Flandre) propose la visite d’un chantier de fouilles s’étalant du Néolithique… au XVIIIe siècle de notre ère. Et l’université libre de Bruxelles (ULB) ouvre son atelier de restauration d’objets archéologiques métalliques et de dessins. Les personnes intéressées pourront assister à des restaurations en direct.

En Allemagne, à Zeithain, en Saxe (est), on vous propose de découvrir… à vélo, parmi d’autres choses, les restes d’un camp de prisonniers de la Seconde guerre mondiale. Car l’archéologie permet non seulement de remonter le cours des premiers temps de l’humanité, mais aussi de s’intéresser à la période contemporaine. Notamment les conflits qui ont dévasté l’Europe au XXe siècle. "Vous avez rendez-vous avec votre histoire", comme le dit, fort judicieusement, le petit clip de présentation des JNA.

Vous êtes à nouveau en ligne