Cap-Vert, sur les traces de l'esclavage

Du point de vue culturel et artistique, le coeur du Cap-Vert bat encore au rythme de l'esclavage.

Inventé par les esclaves et interdit à l'époque coloniale, le Batuque est un symbole de l'identité capverdienne. Comme ils n'avaient pas d'instruments, ils ont commencé à jouer en rythme avec leurs mains. "Nous nous sentons très proches d'eux car ce sont nos origines, notre histoire. Ce Batuque, c'est essentiel pour nous" souligne l'un des membre du groupe.

A la fin du 15e siècle Cidadi Vélia est la première ville construite par les européens sous les tropiques. Ici sur cette île au large des côtes africaines, les bateaux venaient acheter des esclaves avant de poursuivre leur route vers les Amériques.  C'est là qu'on les attachait, qu'on les battait. Près de 4 millions de personnes ont transité par le Cap-Vert.

Sur l'archipel, le brassage des cultures a aussi donné naissance à la toute première société créole du monde. Cidade Velha, est aujourdh'ui classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Vous êtes à nouveau en ligne