Bordeaux : un visage pour représenter l'esclavage

FRANCE 3

La journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclave et des abolitions se déroule vendredi 10 mai. Bordeaux (Gironde) rend hommage à Modeste Testas, achetée puis déportée.

C'est une figure de l'esclavage à Bordeaux (Gironde). Modeste Testas a été achetée par deux frères à la fin du XVIIIe siècle et passera sa vie dans une plantation de Saint-Domingue, en République dominicaine. Pour la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclave et des abolitions célébrée vendredi 10 mai, sa descendante, Lorraine Manuel Steed, lui rend hommage. Une statue à son effigie a été installée dans la matinée à Bordeaux, face à la bourse maritime. C'est un jeune artiste tahitien de 26 ans qui a réalisé cette œuvre d'après une simple esquisse.

150 000 esclaves déportées au départ de Bordeaux

"Le travail de mémoire (...), c'est de faire en sorte que les théories racistes qui ont été élaborées pour justifier l'esclavage soient combattues avec toutes nos forces", estime Marik Fetouh, adjoint au maire de Bordeaux. Modeste Testas, baptisée ainsi par ses propriétaires, donne désormais un visage aux 150 000 esclaves déportés lors des expéditions au départ de Bordeaux entre le XVIIe et le XIXe siècle. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne