Azincourt 1415 : en immersion dans l’une des plus célèbres batailles de l’Histoire de France

Le musée Azincourt 1415 offre une immersion dans la célèbre bataille
Le musée Azincourt 1415 offre une immersion dans la célèbre bataille (MATTHIEU BOTTE / MAXPPP)

Le nouveau centre d’interprétation consacré à la Bataille d’Azincourt propose une plongée dans cet épisode crucial de la Guerre de Cent Ans, l’une des défaites françaises les plus cinglantes de l’histoire.  

Revivre la bataille d’Azincourt de l’intérieur, se glisser dans la peau des soldats français et anglais du début du 15e siècle. C’est ce que propose Azincourt 1415, le tout nouveau centre d’interprétation inauguré il y a quelques jours en présence de Brigitte Macron et qui doit ouvrir ses portes au public début septembre.  

De l’ancien musée qui n’attirait plus grand monde, on retrouve la collection de vêtements, équipements et armes utilisés par les soldats et chevaliers des deux camps. Dans ce nouveau lieu, le multimédia a fait son apparition pour une visite interactive, avec écrans tactiles qui jalonnent le parcours, des enregistrements sonores, des vidéos et un film sur la bataille projeté à 360°.  

Plus qu’un musée

Un an de travaux et 3,2 millions d’euros d’investissement auront été nécessaires pour faire sortir de terre Azincourt 1415. Un musée qui ambitionne également d’être un pôle d’attraction culturel et touristique pour le territoire et vise désormais les 40000 visiteurs par an, contre 15000 auparavant. Au côté de Brigitte Macron et des élus locaux lors de l’inauguration, étaient également présents pour accompagner cette renaissance, le ministre de la cohésion des territoires Sébastien Lecornu, et Stéphane Bern à la tête de la mission Patrimoine

Ce qui est important, c’est de raconter l’Histoire, et de montrer que les lieux de mémoire comme Azincourt (…) permettent aussi de développer les territoires.Stéphane Bern

Pour tout comprendre de cette défaite cuisante de l’armée française pourtant en supériorité numérique face aux troupes du roi d’Angleterre Henri V (environ 15000 pour 9000 anglais), lisez cet excellent article de France 3 Hauts-de-France qui revient sur les cinq erreurs fatales de la chevalerie française qui coûtèrent la vie à plus de 6000 combattants.   

Vous êtes à nouveau en ligne