Hervé Bourges, grande figure de l'audiovisuel et fervent défenseur de la francophonie, est mort à l'âge de 86 ans

Le journaliste et ancien président du Conseil supérieur de l\'audiovisuel (CSA) Hervé Bourges, le 18 mai 2017 à Paris. 
Le journaliste et ancien président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) Hervé Bourges, le 18 mai 2017 à Paris.  (JOEL SAGET / AFP)

Le journaliste avait dirigé TF1, puis Antenne 2 et FR3, avant d'être désigné président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). 

Il était une figure majeure des médias en France. Hervé Bourges, ancien président de France 2, France 3, TF1 et RFI, puis dirigeant du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), est mort dimanche 23 février à l'âge de 86 ans, a appris l'AFP auprès de ses proches. Il est mort dans un hôpital parisien, entouré de son épouse et de proches, a notamment indiqué à l'AFP Olivier Zegna-Rata, qui fut son directeur de cabinet au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

France Télévisions

Né le 2 mai 1933 à Rennes (Ille-et-Vilaine), Hervé Bourges fut diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1955. Dès 1976, il devient directeur puis président de l'école, et prend successivement la direction de trois grands médias français : RFI (Radio France Internationale), TF1 (jusqu'à sa privatisation en avril 1987) puis Antenne 2 et FR3 jusqu'en septembre 1992, où les deux chaînes publiques deviennent le groupe France Télévisions. Après deux années passées comme ambassadeur de France auprès de l'Unesco, il est désigné en janvier 1995 président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Outre ses rôles éminents dans les médias, Hervé Bourges fut un militant anti-colonialiste du temps de la guerre d'Algérie, un conseiller du président algérien Ahmed Ben Bella, un amoureux de l'Afrique et un fervent défenseur de la francophonie. "A toi mon vieux frère, je ressens une peine immense pour ton départ", a souligné l'artiste camerounais Manu Dibango. Hervé Bourges fut également président de l'Union internationale de la presse francophone. 

"C'était une conscience" 

Sur Twitter, plusieurs personnalités ont tenu à rendre hommage à cette figure des médias. "Nous qui l'admirions, avons fait appel à lui, pu maintes fois compter sur son inestimable concours, ses avis sur les médias ou sur l'Etat de droit, sommes profondément peinés", a tweeté Michaelle Jean, qui a notamment été envoyée spéciale de l'Unesco pour Haïti (2010-2014) et secrétaire générale de la Francophonie (2014-2018).

De son côté, l'ancien patron de Radio France et de l'Institut national de l'audiovisuel Mathieu Gallet a rendu hommage sur Twitter à l'homme "exigeant et juste".

"Hervé Bourges, c'était l'Algérie, c'était l'Afrique, c'était la francophonie, c'était le journalisme, c'était l'audiovisuel public, c'était tout l'audiovisuel", a-t-il écrit sur le réseau social. "C'était une conscience. J'aimais son regard sur le monde et sur les hommes."

Michel Boyon, ancien dirigeant du CSA, a lui aussi salué une personnalité qui "prônait un journalisme exigeant" et "avait un sens élevé du service public, un enthousiasme pour l'Afrique, une croyance profonde dans la francophonie".

Delphine Ernotte Cunci, présidente de France Télévisions, salue quant à elle un "humaniste résolu, défenseur de valeurs indissociables de la télévision publique, militant passionné de la francophonie. C'est plus qu'un ancien président que perd aujourd'hui notre entreprise. France Télévisions est en deuil de son 'père fondateur'".

Vous êtes à nouveau en ligne