Douze tapis d'exception de la Manufacture de Lodève exposés à Montpellier

\"Tapis d\'excepetion\" au domaine Pierrerives de Montpellier
"Tapis d'excepetion" au domaine Pierrerives de Montpellier (Mobilier national)

A l'occasion du vernissage de l'exposition, les lissères algériennes qui ont réalisé ces trésors de patrimoine ne cachaient pas leur fierté. 

Les tapis d'exception fabriqués à la Savonnerie de Lodève sont à l'honneur au domaine Pierrevives à Montpellier jusqu'au 18 janvier 2020. La sous-préfecture de l'Hérault abrite en effet la seule annexe en région de la Manufacture Nationale des Gobelins.

L'exposition, Tapis d'exception, réalisée en partenariat avec le Mobilier National met l'accent sur le savoir-faire de celles qui ont créé ces pièces uniques destinées aux palais de la République. Parmi elles, ces femmes de harkis, arrivées dans les années 1960, juste après la guerre d'Algérie. Un moment chargé d'émotion et de fierté. "On les a tous faits... ça me rappelle des souvenirs", souffle la lissière Fatma Benameur en découvrant ses oeuvres.

Des pièces rares

Une douzaine de tapis exceptionnels se dévoilent sous les yeux des visiteurs. Mais aussi des outils et des matières premières, ainsi que de précieux documents d'archives, rendent hommage au savoir-faire des liciers lodévois. "Pour ce tapis des moutons, il a fallu utiliser trois teintes, c'est la première fois qu'on faisait un tapis avec trois teintes. Ils ont eu un sacré succès, ils veulent le refaire maintenant", se souvient Fatma. 


Les moutons de François-Xavier Lalanne, 1985
Les moutons de François-Xavier Lalanne, 1985 (Mobilier national)

A travers ces pièces rares, le public fait un voyage dans le temps pour évoquer tour à tour l’histoire d’une tradition drapière et de l’atelier de la Savonnerie. "L'idée de l'exposition c'était d'externaliser cette histoire de Lodève et de montrer que c'étaient des oeuvres d'art à part entière, dignes d'être montrées à tout le monde", explique Sylvie Desachy, Directrice des archives départementales.

De l’évolution des techniques et des couleurs, des tapis berbères aux tapis d’aujourd’hui, la manufacture n'a cessé de se moderniser. L'atelier est encore aujourd'hui un lieu d'où sortent des créations contemporaines.

Un savoir-faire ancestral qui meuble la République

A la Manufacture royale de Lodève ce ne sont pas des tapis mais de véritables œuvres d’art que l’on fabrique. L’atelier qui date du Moyen-âge a été relancé dans les années 1960. C'est un lieu où se tissent des tapis d'exception destinés au Mobilier de France, perpétuant ainsi une technique de tissage qui se transmet depuis plus de quatre siècles. Dès leur sortie de l'atelier, ils meublent les ambassades, les monuments nationaux, le Palais de l'Elysée et les ministères. 

Matali Crasset, tapis en velours réalisé entre 2003 et 2006 entre Paris et Lodève évoque l\'architecture utopiste de Claude-Nicolas Ledoux. 
Matali Crasset, tapis en velours réalisé entre 2003 et 2006 entre Paris et Lodève évoque l'architecture utopiste de Claude-Nicolas Ledoux.  (Isabelle Bideau)

La variété de la production

Le site de Lodève produit des tapis d'après des artistes tels que Paulin, Hajdu, Lalane, Morellet... Il réédite également des tapis des XVIIe (les grands modèles classiques élaborés par Le Brun pour Louis XIV), et XIXe siècles. Deux cent tissages ont vu le jour depuis la création de l'atelier.

\"Néo Géo\" de Claude Closky. Ce tapis de laine exceptionnel représente une carte colorée du monde avec certaines frontières modifi ées comme celle de l’hexagone français.
"Néo Géo" de Claude Closky. Ce tapis de laine exceptionnel représente une carte colorée du monde avec certaines frontières modifi ées comme celle de l’hexagone français. (Mobilier national)

"Tapis d'exception", jusqu'au 18 janvier 2020, aux Archives départementales Montpellier-Pierrevives. Entrée libre et gratuite. Du mardi au samedi de 10h à 19h. Visites guidées : les mercredis à 16h et les samedis à 11h et 16h (inscription sur place).

Vous êtes à nouveau en ligne