Campagne : un maire veut classer les bruits ruraux au patrimoine national

FRANCE 2

Les bruits de la campagne dérangent. Des procès contre des coqs qui chantent trop tôt ou des cloches de vache qui sonnent trop fort ont déjà eu lieu. Jeudi 30 janvier, les députés étudient une proposition de loi pour protéger ces bruits. En Gironde, le maire de Gajac souhaite les faire classer au patrimoine national.

Le chant du coq, le bêlement des moutons, et tous ces bruits ruraux sont traînés devant les tribunaux. Désormais, ces bruits ne sont plus seuls face à la justice. Bruno Dionis du Séjour, maire de Gajac en Gironde, se place en tant que défenseur des bruits de la campagne au niveau national. Pour lui, il faut que tout cela cesse : "Je veux que les bruits de la campagne ne puissent plus passer en justice. C'est une humiliation pour le milieu rural de se faire attaquer par des gens qui viennent de l'extérieur et ne connaissent pas la ruralité", confie-t-il.

500 lettres de soutien sont arrivées du monde entier

Le maire de Gajac ne demande rien de moins que le classement des bruits ruraux au patrimoine national. Les procès contre les bruits ruraux ont provoqué un emballement de la presse française et étrangère. Plus de 500 lettres de soutien sont arrivées du monde entier, mais aussi des dons pour son association L'Écho des campagnes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne