Feuilleton : mystères du Proche-Orient (5/5)

FRANCE 2

France 2 est allée sur les traces de légendes et trésors du Proche-Orient, à travers des lieux chargés d'histoire. Zoom sur la cité déchue d'Éphèse, en Turquie, un site richissime qui s'est mystérieusement vidé de ses habitants.

Sidon, le poète phénicien, avait établi une liste des sept merveilles du monde. Mais d'entre toutes, selon lui, le temple d'Artémis, à Éphèse, en actuelle Turquie, surpassait de loin les autres par son envergure et sa richesse. Comment cette oasis de prospérité a-t-elle pu disparaître en l'espace de quelques siècles ? À l'apogée de l'Empire romain, elle fut l'une des cités les plus puissantes de Méditerranée. Éphèse fut longtemps la deuxième ville la plus riche de l'Empire, derrière Rome. 250 000 habitants vivant dans l'opulence et un décor fastueux. Les signes extérieurs de richesse étaient ici nombreux. En atteste un théâtre de 25 000 places qui accueillait les combats de gladiateurs et les spectacles. Le chef-d'œuvre de la cité est une impressionnante bibliothèque.

90% des vestiges de la cité se trouvent encore ensevelis

Du temple d'Artémis, pillé au Moyen Âge, il ne reste aujourd'hui plus que quelques pierres. Pourtant, le monument construit par le roi Crésus fut longtemps réputé pour sa richesse et sa taille, incomparables à l'époque. Riche de tous ces atouts, la ville s'est pourtant vidée à partir du VIIe siècle. Les sédiments du fleuve voisin ont progressivement ensablé la baie, devenue inutilisable. Ces eaux croupies ont probablement condamné la cité, avec l'apparition de la malaria, notamment. Le réchauffement climatique et la montée des eaux menacent aujourd'hui d'engloutir les trésors de la ville. Selon les spécialistes, 90% d'Éphèse se trouve toujours sous la surface du sol. Sauver les trésors en péril est aujourd'hui plus que toute autre chose une nécessité pour entretenir longtemps encore les mystères du Proche-Orient.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne