Des momies et des statuettes d'animaux découvertes à Saqqarah, en Égypte

Statuettes de chats exposées à Saqqarah après l\'annonce d\'une nouvelle découverte archéologique, le 23 novembre 2019
Statuettes de chats exposées à Saqqarah après l'annonce d'une nouvelle découverte archéologique, le 23 novembre 2019 (KHALED DESOUKI / AFP)

L'Égypte a dévoilé samedi des dizaines de statuettes en bois et en bronze ainsi que des momies de plusieurs animaux dans la nécropole de Saqqarah, au sud du Caire.

Au total, outre de nombreuses statuettes en bois et en bronze et cinq momies de lionceaux présentées à la presse à Saqqarah, des archéologues égyptiens ont annoncé l'exhumation récente de momies de chats, de cobras, de crocodiles et de scarabées sur ce site connu notamment pour ses pyramides.

Momies de chats et d\'autres félins, exposées à Saqqarah le 23 novembre 2019
Momies de chats et d'autres félins, exposées à Saqqarah le 23 novembre 2019 (KHALED DESOUKI / AFP)

Un "véritable musée", selon le ministre des Antiquités

Le ministère des Antiquités a annoncé cette découverte lors d'une conférence de presse organisée dans la nécropole, au pied du temple de la déesse Bastet, dédié au culte des chats dans l'Égypte ancienne. Le ministre des Antiquités Khaled El-Enany, qui a parlé d'un "véritable musée", a indiqué que ces trouvailles dataient de la 26e dynastie qui remonte au VIIe siècle av. J-C.

Statuettes de chats exposées à Saqqarah, le 23 novembre 2019
Statuettes de chats exposées à Saqqarah, le 23 novembre 2019 (SAMER ABDALLAH / DPA / AFP)
Cette nouvelle découverte sur le célèbre site archéologique comprend aussi une collection de statuettes d'anciennes déités égyptiennes, notamment 73 statuettes en bronze d'Osiris, six statues en bois de Ptah et onze statues de Sekhmet.
Momie de crocodile exposée à Saqqarah le 23 novembre 2019
Momie de crocodile exposée à Saqqarah le 23 novembre 2019 (KHALED DESOUKI / AFP)
Depuis plusieurs années, les autorités égyptiennes annoncent régulièrement des découvertes archéologiques, dans le but entre autres de relancer le tourisme, mis à mal par l'instabilité politique et les attentats qui ont suivi la révolution de 2011 ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir. Nombre de critiques évoquent cependant l'état de délabrement de certains sites archéologiques et musées.

Vous êtes à nouveau en ligne