A Cassel la tradition a été respectée : le carnaval a bien eu lieu... en mode confiné

Un carnavaleux de Cassel salue une résidente de l\'EPHAD
Un carnavaleux de Cassel salue une résidente de l'EPHAD (France 3 Nord Pas-de-Calais / F. Bellouti)

Le lundi de Pâques, le carnaval de Cassel referme traditionnellement la saison carnavalesque en Flandres.

C'est une tradition qu'ils n'auraient voulu rompre pour rien au monde. Les habitants de Cassel, dans les Flandres, ont bien fait vivre le carnaval du lundi de Pâques, mais en mode confiné. 

Le jour se lève à peine. En ce lundi de Pâques les rues de Cassel résonnent déjà des notes du carillon. Sur le pas de leur porte, les Casselois déguisés donnent de la voix et du tambourin. En cette période de confinement, ils tenaient à perpétuer la tradition du carnaval local qui referme la saison carnavalesque en Flandres.

On est Casselois, on a ça dans le sang. On a mal au cœur, ça va être dur la journée mais on va être là toute la journéeUne Casseloise très émue

Tout le monde a un pincement au coeur ce lundi 13 avril 2020. Il faut dire qu'à cette heure-ci, d'habitude, les rues de la ville sont déjà remplies de carnavaleux. Mais il est dit que le covid-19 n'aura pas raison de ce carnaval qui n'a été annulé que trois fois depuis sa création en 1901.

Les habitants déguisés chantent et jouent de la musqiue devant chez eux, en famille. Fabrice Duhoo déguisé en Arlequin immortalise les scènes sur son smartphone.

On retrouve l'esprit de notre carnaval, c'est quelque chose de convivial. Parfois c'est le seul rendez-vous de l'année car beaucoup de Casselois sont expatriés et ils reviennent spécifiquement pour le lundi de Pâques.Fabrice Duhoo Délégué communautaire

Le carnaval de Cassel ne serait pas lui-même sans les géants qui déambulent dans les rues. Cette année un géant a pu sortir pour marcher au rythme d'un ou deux tambours. 

Les carnavaleux n'en n'ont pas oublié pour autant les plus fragiles. Certains d'entre eux se sont rendus devant la maison de retraite de Cassel pour saluer les pensionnaires, en respectant les règles de sécurité.

A 20 heures, les cloches de Cassel ont sonné pour rendre hommage aux personnels soignants mobilisés pour lutter contre cette pandémie qui n'aura pas éteint une tradition profondément ancrée dans ce coin de Flandres.

Vous êtes à nouveau en ligne