VIDÉO. Réédition de l’album "Abbey Road" des Beatles : "C'est juste notre boulot", confie le batteur Ringo Starr

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Cinquante ans après l'enregistrement de l'album "Abbey Road", le batteur des Beatles raconte ses souvenirs et explique sur franceinfo pourquoi il a choisi de le rééditer.

"J'avais cette batterie en érable, une nouvelle batterie. C'est la première fois que je jouais sur des tambours avec de vraies peaux, alors que d'habitude, c'est toujours du plastique. J'avais donc de la profondeur ! Voilà pourquoi je fais des roulements sur tous les morceaux", se souvient sur franceinfo Ringo Starr, 50 ans après Abbey Road, le dernier album des Beatles. En plus d'une nouvelle batterie, le groupe avait aussi en 1969, un nouveau synthétiseur et une nouvelle console d'enregistrement. Abbey Road, c'était déjà à l'époque le son du futur, bien au-dessus de tous les autres disques des Beatles.

Pourquoi remixer "Abbey Road", aujourd'hui ?

50 ans plus tard, le batteur du groupe, qui s'apprête à sortir un album solo à la fin du mois d'octobre, vient également de sortir une version remixée et augmentée de prises alternatives en studio, avec le producteur Giles Martin. Pourquoi remixer Abbey Road, aujourd'hui ? "C'est la première question que je me pose à chaque fois", confie à franceinfo le fils du producteur George Martin qui a pris le relais de son père aux manettes des productions Beatles, il y a une dizaine d'années. "Je refuse de produire des cendriers Beatles ou des t-shirt Beatles. Il faut qu'il y ait une bonne raison. Il faut qu'il y ait de la passion. Quand on a cela, alors on a le sentiment de faire du bon boulot", poursuit-il.

Des fondamentaux respectés

Sur le remix de 2019, comme sur les remasters de 2009, la rythmique formidable des Beatles, la batterie de Ringo Starr et la basse de Paul McCartney, sont regonflées comme jamais. Peut-être parce que les deux Beatles survivants sont les donneurs d'ordre de ce travail. Mais c'est surtout parce que la technologie permet aujourd'hui aux Beatles d'atteindre ce qu'ils auraient voulu obtenir dès les années 60, selon Giles Martin. "Il y a plus de basse sur les nouveaux mixes. Et c'est pour une simple raison technique !" explique-t-il à franceinfo.

"Je n'ai pas à craindre, contrairement à mon père et aux ingénieurs du son de l’époque, que l'aiguille saute du vinyle si le mixage est trop fort ! Cela parait fou aujourd'hui, mais ils essayaient vraiment d'avoir le volume le plus fort possible, jusqu’à ce que l'aiguille saute du vinyle. Ce qui donne du volume, c'est la basse. On me fait la même remarque à propos de la batterie de Ringo, elle n'est pas plus forte, elle est simplement plus dynamique", dit Giles Martin.

Je garde toutes les imperfections qui sont sur ces bandes, parce que je crois que c'est cela qui rend un album génial.

Giles Martin

à franceinfo

Les puristes refuseront peut-être ces arguments, mais ce qui est certain, c'est que Giles Martin ne trahit pas l'esprit des Beatles. Ni leurs grandes qualités, ni leurs petits défauts. "Je ne toucherai jamais à leurs voix pour les rendre plus justes. Je ne remettrai pas non plus dans le tempo les moments où ils s'en éloignent un peu."

Un autre album après "Abbey Road" ?

Abbey Road a été le dernier album enregistré par les Beatles. Miné par de graves problèmes financiers, des divergences musicales, et personnelles aussi, le groupe s'est séparé ensuite. Le miracle, c'est que rien de tout cela n'altère la qualité des enregistrements de l’époque. "Il y avait des tensions, mais jamais quand on jouait. J'adorais cela dans le groupe : on comptait un, deux, trois, quatre... et chacun donnait tout ce qu'il avait", explique le batteur à franceinfo.

Les Beatles donnaient beaucoup, mais recevaient-ils suffisamment ? L'argent, les finances désastreuses de leur maison de disque Apple : voilà la raison la plus sérieuse de la séparation des Beatles à l’époque. Sauf qu'aujourd'hui, une autre version de l'histoire circule, selon laquelle les quatre de Liverpool auraient envisagé un autre album après Abbey Road. Giles Martin, le fils du producteur George Martin, raconte que son père lui a toujours dit : "Lorsque Paul [McCartney] lui a demandé d'enregistrer 'Abbey Road', il l'a appelé et il lui a dit : 'Faisons un autre disque, comme avant, un dernier'. J'ai toujours entendu mon père dire qu'ils voulaient en faire un dernier."

Ce que je crois, c'est qu'ils pensaient vraiment qu'Abbey Road serait leur dernier album.

Giles Martin

à franceinfo

"Ensuite, ils ont fait 'Abbey Road', ça a marché, ça leur a plu. Après, ils se sont demandés s'ils devaient en faire encore un autre. Mais c'est à Paul qu'il faudrait demander cela. Je le vois cette semaine, je lui poserai la question, mais je ne suis pas sûr qu'il réponde. Pour ce genre de choses, il me dit généralement : 'On s'en fiche'.", confie Giles Martin à franceinfo.

De fait, les Beatles n'ont jamais enregistré d'autre album ensemble, après Abbey Road. Les campagnes successives de réédition, sous une forme ou sous une autre, sont donc le seul moyen de faire fructifier l’œuvre du groupe. "Je me dit que c'est juste notre boulot. Nous n'avons que douze albums. Après cela, ils auront tous été remasterisés et réédités. Il va falloir attendre la prochaine mode ! Et vous savez que les gamins aujourd'hui se remettent à écouter des cassettes... alors on repasse aux cassettes, les gars… allons-y !", conclut Ringo Starr. À chaque fan sa version du catalogue des Beatles. Génération, après génération.

Vous êtes à nouveau en ligne