Un album live acoustique de Noir Désir annoncé pour le 24 janvier

Bertrand Cantat et le batteur Denis Barthe de Noir Désir lors des 17e Victoires de la Musique au Zénith de Paris le 9 mars 2002. 
Bertrand Cantat et le batteur Denis Barthe de Noir Désir lors des 17e Victoires de la Musique au Zénith de Paris le 9 mars 2002.  (MAXPPP / LE PARISIEN)

Ce double album live et acoustique du groupe de rock bordelais Noir Désir contiendra deux enregistrements distincts datés 1997 et 2002.

Noir Désir aura son "unplugged": un album live acoustique de Noir Désir baptisé Débranché sortira le 24 janvier, annonce Universal. Ce double album, qui sera publié en vinyle avec un 33 tours et un maxi 45 tours, contient des enregistrements inédits datés 1997 et 2002.

Le premier disque contient un enregistrement effectué à Milan en 2002 pour la radio italienne lors de la tournée Des visages des figures. Le groupe de rock bordelais y revisite sept titres en acoustique : Si rien ne bouge, Le vent nous portera, L’homme pressé, Des visages des figures, Les écorchés, À l'envers à l'endroit, Song for JLP.

En voici un extrait :


Le second disque, un maxi donc, a été enregistré en 1997 à Buenos Aires pour l'émission de télé argentine Much Electric, durant la tournée 666 667 Club. Le groupe avait interprété 4 titres arrangés spécialement pour l'occasion : Un jour en France, Fin de siècle, À l'envers à l'endroit, Song for JLP. 

Bertrand Cantat perd son procès contre Le Point

Par ailleurs, l'ancien chanteur de Noir Désir Bertrand Cantat a perdu jeudi 16 janvier le procès en diffamation qu'il avait intenté contre Le Point. Le chanteur reprochait à l'hebdomadaire la publication d'un article à charge contre lui en novembre 2017, dénoncé comme "mensonger" par son avocat. Dans cet article était évoquée une "omerta" autour des agissements de l'artiste.

Reposant en partie sur le témoignage anonyme d'"un membre de Noir Désir", il y était question en particulier des violences que Bertrand Cantat aurait commises contre trois de ses compagnes, dont son épouse Kristina Rady, qui s'est donné la mort en janvier 2010. Le tribunal a relaxé le journal Le Point jeudi, estimant que la journaliste auteure de l'enquête avait effectivement recueilli des propos anonymisés de l'un des membres du groupe Noir Désir, et était de "bonne foi". 

Vous êtes à nouveau en ligne