Public Enemy se sépare de Flavor Flav sur un différend autour d'un concert de soutien à Bernie Sanders

Flavor Flav (avec la pendule au premier plan) et Chuck D. (à gauche), lors d\'un concert de Public Enemy le 5 décembre 2012 à la House of Blues de Chicago (Illinois, Etats-Unis).
Flavor Flav (avec la pendule au premier plan) et Chuck D. (à gauche), lors d'un concert de Public Enemy le 5 décembre 2012 à la House of Blues de Chicago (Illinois, Etats-Unis). (DANIEL BOCZARSKI / REDFERNS / GETTY)

Chuck D., le leader du groupe de rap new-yorkais Public Enemy, a annoncé dimanche l'éviction du groupe de Flavor Flav, en conflit avec ses anciens comparses autour d'un meeting de soutien au candidat à l'investiture démocrate Bernie Sanders. 

Public Enemy a annoncé le 1er mars qu'il débarquait définitivement Flavor Flav, l'un des piliers du groupe de rap américain depuis ses débuts au milieu des années 80. "Public Enemy et Public Enemy Radio iront de l'avant sans Flavor Flav", a écrit le groupe new-yorkais dans un communiqué. "Nous le remercions pour ses années de service et lui souhaitons bonne chance."

Le clash est survenu autour du concert de soutien de Public Enemy Radio (une émanation de Public Enemy sans Flavor Flav ni Professor Griff) à Bernie Sanders, candidat à l'investiture démocrate, à Los Angeles dimanche 1er mars. 

Voir cette publication sur Instagram

The time is now! FIGHT THE POWER! Pull Up and see @publicenemyftp & @berniesanders March 1st at the LA Convention Center! ✊✊✊ ART by @kiiarens ..... . . #berniesanders #bernie2020 #publicenemyradio #fightthepower #bernhollywoodbern

Une publication partagée par Chuck D (@mrchuckd_pe) le

Une mise en demeure de Flavor Flav

Flavor Flav a fait envoyer par son avocat à Bernie Sanders une lettre de mise en demeure pour avoir utilisé sans son autorisation son image et sa fameuse horloge géante pour faire la promotion du meeting, et ce alors que Flavor Flav "n'a soutenu aucun candidat politique". "Si Chuck D a le droit d'exprimer son point de vue politique, sa voix seule ne parle pas pour Public Enemy", ajoute la lettre.

L'avocat de Chuck D lui a répondu que "d'un point de vue légal, Chuck D. peut jouer en tant que Public Enemy quand il le souhaite ; il est le seul propriétaire de la marque Public Enemy. Il a dessiné lui-même le logo au milieu des années 80, il est le creatif visionnaire du groupe et son parolier principal, ayant écrit les rimes les plus mémorables de Flavor Flav.

Dimanche 1er mars, justifiant la mise à la porte de Flavor Flav, Chuck D a raillé son ancien comparse sur les réseaux sociaux, le disant intéressé uniquement par l'argent, jamais disponible pour un concert de soutien, et "incapable de faire la différence" entre Barry Sanders (joueur de football américain) et Bernie Sanders (homme politique américain, actuellement candidat à l'investiture démocrate). De fait, au sein de Public Enemy, le rôle de "hype man" de Flavor Flav consistait essentiellement à apporter la touche d'humour nécessaire pour faire passer le message très politique de son partenaire Chuck D.

Le clash se poursuit sur les réseaux sociaux

Lundi, le duel à distance s'est poursuivi sur les réseaux sociaux. Flavor Flav a tweeté "Tu veux détruire ce que nous avons construit il y a 35 ans pour de la politique ? Juste parce que je ne veux pas m'engager pour un candidat... Je suis très déçu par toi et tes décisions, Chuck. (...) Il n'y a pas de Public Enemy sans Flavor Flav".


Ce à quoi Chuck D. a tenu à préciser dans un communiqué que le soutien au candidat Bernie Sanders n'était pas le nerf de la guerre : "Flavor Flav est suspendu depuis 2016 lorsqu'il ne s'est pas présenté pour le concert de soutien à Harry Belafonte à Atlanta. Ça a été le comble pour le groupe. Auparavant, il avait régulièrement manqué des concerts à Glastonbury (G-B), au Canada, des sessions d'enregistrement d'albums et des séances photos. Il choisit toujours de s'amuser plutôt que de bosser. (...) Il est temps de passer à autre chose."

Les différends entre les deux parties ne datent pas d'hier, Flavor Flav ayant poursuivi en justice en 2017 Eastlink (société détenue par Gary Rinaldo du Bomb Squad) et Bring The Noise (une société de Chuck D.), pour défaut de paiements concernant le merchandising et les ventes d'albums. La plainte a été rejetée l'an dernier. Et on ne parle pas de toutes les fois depuis le début des années 90, où Chuck D. a dû fermer les yeux sur les conséquences des addictions de Flavor Flav au crack et à la cocaïne.

Défilé de hits et album en vue

Le concert de Public Enemy Radio au meeting de Bernie Sanders est à retrouver sous ce lien (cliquez sur la flèche), après la présentation de Bernie Sanders qui demande d'accueillir "un groupe qui a dit la vérité depuis des décennies".

Entre les hitsTruss it, Bring The Noise, Black Steel in the Hour of Chaos, Shut 'Em downet 
Fight de Power, Chuck D. a encouragé le public à voter, même si ce n'est pas pour Sanders : "utilisez votre sens commun", a-t-il dit, "Vous êtes un être humain, utilisez votre cerveau, ne soyez pas un robot."

Chuck D. en a profité pour annoncer ce week-end que Public Enemy Radio (Chuck D + Dj Lord + Jahi + S1W) sortirait un nouvel album en avril 2020. Quant au supergroupe Prophets of Rage, composé notamment de Chuck D., B-Real de Cypress Hill et du guitariste Tom Morelllo de Rage Against The Machine, il a été dissous après la reformation annoncée cette année de Rage Against The Machine.

Vous êtes à nouveau en ligne