Comment et pourquoi les fans de K-pop soutiennent activement le mouvement Black Lives Matter depuis la mort de George Floyd

Le group de K-Pop Monsta X sur scène au iHeart Music Festival à Las Vegas (Etats-Unis) le 21 septembre 2019.
Le group de K-Pop Monsta X sur scène au iHeart Music Festival à Las Vegas (Etats-Unis) le 21 septembre 2019. (MATT WINKELMEYER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Depuis la mort de l'Afro-Américain George Floyd aux mains de la police de Minneapolis, les fans de K-pop, qui se comptent par millions, se tiennent résolument aux côtés de ceux qui demandent justice et ont levé une armée très efficace sur les réseaux sociaux pour soutenir le mouvement Black Lives Matter. 

Ils sont des millions à travers le monde. Ils sont hyper-actifs sur les réseaux sociaux. Et ils font corps. A l’appel de leurs groupes préférés, les fans de K-pop sont devenus ces derniers jours un allié de poids pour les défenseurs du mouvement Black Lives Matter (Les Vies Noires Comptent). Comment et pourquoi ?

Depuis la mort le 25 mai à Minneapolis de George Floyd, un Afro-Américain plaqué au sol face contre terre jusqu’à l’asphyxie et la mort par un policier blanc, et les manifestations qui ont suivi aux Etats-Unis, de nombreux artistes et groupes de pop coréens parmi les plus influents, comme BTS, Monsta X, Jay Park, Mark Tuan du groupe GOT7 et Tiger JK, ont pris fait et cause sur les réseaux sociaux contre les violences policières et pour le mouvement Black Lives Matter.

Les groupes mobilisent leurs troupes

Certains ont demandé à leurs fans de signer des pétitions, d’autres ont annoncé avoir fait des dons au mouvement Black Lives Matter et ont sensibilisé leurs admirateurs à la question des violences policières. Ainsi, jeudi 4 juin, le groupe Monsta X a tweeté qu'il se mobilisait pour "l'égalité, la justice et la dignité" tandis que le groupe BTS, fleuron du genre connu pour tenter d’insuffler un peu de conscience sociale dans ses chansons a tweeté : "Nous nous opposons à la discrimination raciale. Nous condamnons la violence. Vous, moi et nous avons tous le droit d’être respectés. Nous lutterons ensemble", suivi du hashtag #BlacklivesMatter.

Jay Park, chanteur, rappeur et danseur américain d’origine sur-coréenne basé à Seattle (Etats-Unis), a partagé dès le 28 mai sur Instagram sa colère concernant la situation de "nombreuses personnes innocentes et non armées perdant la vie sans que personne ne soit incriminé ou rendu responsable" tout en évoquant l’impact que la culture noire avait eue sur lui. Il a également annoncé avoir donné 10.000 dollars au mouvement Black Lives Matter. Autre exemple, Dalsoobin, la chanteuse du groupe féminin Dal Shabet, qui a apporté son soutien avec un post sur Instagram (ci-dessous).

Voir cette publication sur Instagram

#justiceforgeorgefloyd #blacklivesmatter

Une publication partagée par DALsooobin (@dalsooobin) le

Les fans de K-pop noient les hashtags qu'ils désapprouvent

Tout cela pourrait passer pour de simples bons sentiments. Or les fans de K-pop, de par la puissance du nombre et leur hyper-connectivité, ont prouvé qu'ils pouvaient peser bien plus qu'on ne l'imaginait. Et ils sont visiblement conscients de leur poids.

Concrètement, ils ont d’abord commencé la semaine passée par cesser volontairement et de façon coordonnée de promouvoir leurs artistes préférés sur les réseaux sociaux pour laisser le champ libre au hashtag #BlackLivesMatter. Leur puissance est telle, sur Twitter notamment, qu’ils ont ensuite fait remonter sciemment ce hashtag, ainsi que certaines vidéos ou conversations sur les violences policières, en tête des tendances, leur donnant un écho beaucoup plus important.

Dans la nuit de dimanche à lundi 1er juin, ils sont allés encore plus loin, en s'en prenant carrément à une application de la police américaine, comme le racontait Le Monde le 2 juin. La police de Dallas (Texas) avait en effet appelé les internautes à lui envoyer via une application (iWatchDallas) des vidéos d’activités illégales durant les manifestations réclamant justice pour George Floyd. Les fans de K-Pop, considérant qu’il s’agissait davantage de pister les manifestants, ont saturé le compte avec des photos et vidéos de leurs artistes préférés jusqu’à rendre l’application inutilisable.

Mercredi 3 juin, les fans de K-pop ont remis ça en enterrant à nouveau avec des photos et vidéos le hashtag #WhiteLivesMatter (Les Vies Blanches Comptent) que tentaient de lancer les suprémacistes blancs sur Twitter. "En certaines occasions, lorsque nous n’aimons pas un tag en vogue, nous nous unissons et le spammons délibérément pour le dépasser, ce qui a été le cas pour ce tag", confirme Sarah Jimenez, 20 ans, une fan californienne de BTS citée par le site américain Rolling Stone.

Une industrie influencée par la culture noire

Mais pour quelle raison, la K-pop est-elle si sensible à la cause noire et mobilisée aux côtés du mouvement Black Lives Matter ? D’abord parce que cette industrie est "fortement inspirée et influencée par la musique et la culture noire", écrit le journal américain Billboard, ce que confirment nombre d’artistes dans leurs interventions en ligne.

Il est important de montrer notre soutien parce que le mouvement Black Lives Matter entend obtenir justice pour toutes les vies innocentes perdues entre les mains de policiers racistes", explique à Rolling Stone Lovely Doya, une fan mexicaine-américaine. "C'est quelque chose à laquelle moi et d'innombrables fans de K-Pop croyons, parce que beaucoup d'entre nous, y compris moi, sont des non blancs. Au final, nous sommes humains avant d'être des fans de K-pop."

Des fans sensibles à la cause queer avec une conscience politique

Michelle Cho, enseignante-chercheuse à l’université de Toronto (Canada), relève de son côté que "les fans de K-pop sont principalement composés de personnes non-blanches, considérablement queer, et très présentes sur les réseaux sociaux. La sensibilisation aux questions raciales et culturelles fait partie des caractéristiques principales autour desquelles tournent les conventions de fans comme la KCON" écrit-elle sur Twitter. De fait, le groupe BTS, pour ne citer que lui, milite depuis longtemps pour les droits des LGBT.

Hyunsu Yim, journaliste basé à Séoul qui suit de près la K-pop depuis 2018 pour le Korea Herald, n’est pas étonné. Dans une longue série de 14 tweets publiés le 4 juin, il souligne que les fans de K-pop, "dominés par les femmes, la diversité et les LGBT", ont montré déjà à de nombreuses reprises leur engagement politique.

"J’ai appris au fil des années qu’ils sont largement progresslstes et qu’ils ont une conscience politique", écrit-il. Selon lui, "le gouvernement chilien a été le premier à reconnaître le pouvoir de cette fanbase en tant qu’influence politique mentionnant souvent les violations des droits de l’homme et critiquant le silence des médias ou bloquant les réseaux sociaux."

Aux Etats-Unis cette semaine, après un début d'incompréhension concernant les intentions des fans de pop coréenne, les militants de la cause Black Lives Matter ont finalement salué ce soutien inattendu, comme l'a fait par exemple sur Twitter le producteur et réalisateur américain Jordan Peele (Get Out et Us).

Vous êtes à nouveau en ligne