Olivier Mantei reconduit à la tête de l'Opéra comique

Olivier Mantei à l\'Opéra Comique en avril 2017.
Olivier Mantei à l'Opéra Comique en avril 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le directeur de l'Opéra comique Olivier Mantei a été reconduit pour trois ans par le président Emmanuel Macron à la tête de cette institution lyrique, a annoncé mercredi le ministère de la Culture.

"Olivier Mantei aura la charge de poursuivre sa mission pour faire du Théâtre national de l'Opéra comique un théâtre lyrique répondant aux enjeux du 21e siècle", a indiqué le ministère, louant ce "programmateur audacieux et accompagnateur d'artistes".

Un répertoire spécifique valorisé

A ce poste depuis 2015 (année du 300e anniversaire de l'Opéra comique), mais déjà très impliqué quand il était l'adjoint de son prédecesseur, Jérôme Deschamps, Olivier Mantei a mis un point d'honneur à valoriser le répertoire si spécifique de l'opéra comique, associant parlé et chanté, théâtre et opéra. Et ce dans une extrême diversité de styles, des montages de musique baroque (comme Et in Arcadia ego, sorte de "best of" de Rameau) à la création contemporaine (Kein Licht de Philippe Manoury), en passant par un répertoire XIXe taillé pour cela, de Rossini (Le Comte Ory) à Offenbach (Madame Favart).

Sous sa direction, la Salle Favart a ressuscité des oeuvres françaises rares ou jugées démodées mais également commandé des créations, comme récemment l'opéra contemporain L'Inondation, créé de toute pièce pour l'Opéra comique par le metteur en scène Joël Pommerat et le compositeur Francesco Filidei.

OPERA COMIQUE

Olivier Mantei fait appel à des metteurs en scène qui se sont déjà frottés à l'opéra comme Michel Fau ou le scénographe Aurélien Bory mais prend également des risques avec des artistes qui en font l'expérience pour la première fois, comme le metteur en scène de théâtre Cyril Teste.

Docteur en musicologie et personnalité discrète du milieu lyrique, Oliver Mantei a été parmi les candidats malheureux au poste de nouveau directeur de l'Opéra de Paris, le "grand frère" de l'Opéra comique dans la capitale.

"Maîtrise populaire"

Il a instauré une politique tarifaire pour les moins de 35 ans et créé une "Maîtrise Populaire", un projet artistique et social qui offre à des jeunes de 8 à 25 ans, non musiciens au départ, une formation complète en chant choral et soliste, théâtre, danse moderne et claquettes.

Doté d'une expérience de gestion aux Bouffes du nord, dont il est encore co-propriétaire, mais aussi comme ancien agent d'artistes, il a noué des liens forts avec des compositeurs contemporains comme Philippe Manoury, Pascal Dusapin ou encore Alexandre Desplat.

Vous êtes à nouveau en ligne