Le ténor italien Marcello Giordani est mort à 56 ans

Le ténor italien Marcello Giordani se produit ici en 2008 au concert organisé lors des Jeux Olympiques de Pékin. 
Le ténor italien Marcello Giordani se produit ici en 2008 au concert organisé lors des Jeux Olympiques de Pékin.  (JINGBAO / IMAGINECHINA)

Le ténor sicilien Marcello Giordani, décédé le 5 octobre, a été salué par le monde de l'art lyrique en Italie comme à New York où il s'était beaucoup produit au Met.  

Le ténor italien Marcello Giordani, est décédé samedi 5 octobre d'un infarctus à l'âge de 56 ans dans sa maison d'Augusta, en Sicile, où il était né en 1963. Les secours n'ont pas réussi à le réanimer, selon les médias italiens.

"Une voix en or", selon Angela Georghiu

Sa mémoire a été saluée ce dimanche 6 octobre par des artistes et le Metropolitan Opera de New York : l'opéra de Manhattan s'est déclaré "profondément peiné d'apprendre le décès de Marcello Giordani", qui avait démarré dans l'institution en 1995 dans le rôle de Rodolfo (La Bohème de Puccini), s'y produisant ensuite dans près de 250 représentations et 27 rôles différents.

YouTube
a soprano Angela Georghiu a notamment exprimé sa tristesse sur la disparition du ténor italien, "une voix en or", avec qui elle avait chanté sur la scène du Met à de nombreuses reprises. Marcello Giordani a eu une riche carrière internationale, au travers d'un répertoire très complet, des opéras Bel Canto de Rossini, Donizetti et Bellini, aux rôles plus dramatiques de Verdi, Puccini et Berlioz.

Du prestigieux concours de Spoleto aux scènes américaines

Après avoir étudié le chant à Catane et à Milan, il avait remporté en 1986 le concours de chant de Spoleto (centre de l'Italie) ce qui avait lancé sa carrière avec un rôle dans l'opéra Rigoletto de Verdi au festival de cette ville.

YouTube

Il avait ensuite fait ses débuts aux Etats-Unis à l'opéra de Portland en 1988, puis avait chanté la même année à la Scala de Milan, détaille son site internet officiel. Voici un mois, il avait interprêté le rôle de Calaf (Turandot de Puccini), chez lui en Sicile, dans les théâtres grecs de plein air de Taormine et Siracuse.

Le chanteur, père de deux enfants, avait aussi créé une académie de musique portant son nom, destinée à encourager les jeunes talents.

Vous êtes à nouveau en ligne