Après une année chaotique, les petits rats de l'Opéra essaient de garder l'équilibre

Elisabeth Platel, directrice de l\'Ecole de danse de l\'Opéra de Paris et ancienne danseuse étoile, en train de donner cours aux \"petits rats\" de l\'Opéra en 2009. 
Elisabeth Platel, directrice de l'Ecole de danse de l'Opéra de Paris et ancienne danseuse étoile, en train de donner cours aux "petits rats" de l'Opéra en 2009.  (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Annulation de spectacles, report d'examens... les élèves de l'Ecole de danse de l'Opéra de Paris ont dû dépasser cette année leurs déceptions tout en préservant leur rythme de travail. 

"Temps levé, glissade, penché, assemblé, détourné !" A l'Ecole de danse de l'Opéra de Paris, Wilfried Romoli ne ménage pas sa classe de garçons en dernière année qui veulent "être prêts" pour leur future carrière, en dépit d'une année marquée par les turbulences. Entre grèves et coronavirus, les célèbres "petits rats" de l'Opéra ont vu depuis décembre leurs spectacles au palais Garnier annulés, leurs corps confinés puis leurs examens reportés, notamment celui, crucial, du concours d'entrée au Ballet de l'Opéra de Paris, le Graal pour les pensionnaires de cette institution tricentenaire.

Encaissant les déceptions les unes après les autres, la première division, la dernière classe de cet enseignement d'élite, en ressort toutefois avec davantage de maturité et pour certains le droit à une seconde chance. "Je me suis vite rendu compte qu'une génération risquait d'être un peu sacrifiée", affirme à l'AFP Elisabeth Platel, directrice de l'Ecole et "gardienne" du style français de la danse classique. "J'ai donc offert à tous ces élèves, s'ils n'étaient pas pris au Ballet, une année supplémentaire", ajoute cette ancienne danseuse étoile légendaire.

France Info

"On apprend à travailler seuls"

Les élèves les plus âgés ne retrouveront Garnier qu'à la fin de l'année, pour les traditionnelles Démonstrations de la danse (6-13-19 décembre). Pendant un an, "l'Ecole entière n'a pas été confrontée au regard du public, au trac", rappelle Elisabeth Platel. Les petits rats ont repris les cours en juin, juste avant les vacances estivales: sur les 150, 130 sont revenus; certains étrangers, du Canada ou d'Australie, ayant été bloqués chez eux.

L'internat a rouvert mais avec un élève par chambre au lieu de trois, les cours de danse folklorique, de mime et les pas de deux ont été suspendus, les studios régulièrement aérés, les barres désinfectées et le port de masque obligatoire dans les déplacements. Chez les dernières années, Rubens, 18 ans, tente tours en l'air et grands jetés. Blessé à la cheville avant le confinement, il a repris la danse chez lui, pratiquement "de zéro". "C'était un peu comme un emprisonnement mais ça m'a permis de faire tellement attention (que) j'ai réussi à augmenter la qualité de mon travail".

Margaux, de la première division des filles, a elle eu peur "de prendre du retard" pendant le confinement. "C'était dur, mais on apprend à travailler seuls". Des cours via Zoom ont été organisés rapidement, avec suivis individuels. Mais pour beaucoup, les conditions étaient rudimentaires, avec une fenêtre ou une chaise au milieu du salon en guise de barre.

Fragilité du métier

"Il fallait les motiver", admet Wilfried Romoli. Mais certains sont revenus changés en juin: ils "comprenaient trois fois plus vite", d'autres ont "pris de la maturité". Si les professeurs ont fait preuve de bienveillance durant le confinement, la rigueur a repris le dessus au studio. "Il doivent comprendre qu'il faut remonter (la pente), c'est vraiment leur avenir", assure le professeur qui a toutefois veillé à leur demander d'arrêter à la moindre douleur.

Dans cette institution réputée pour son exigence et ses traditions, la crise a aussi rapproché "petits rats" et professeurs. "On avait un contact particulier", confirme Géraldine Wiart, professeure des benjamines, qui a surveillé leur travail via des vidéos. "Avez-vous des courbatures ?", s'enquiert-elle face aux élèves de la 6e division en justaucorps bleu ciel, notant que les plus petits retrouvent "très vite la forme".

Pour chaque élève, des commissions d'évaluation détermineront si l'élève redoublera ou s'il passera à une classe supérieure. Elisabeth Platel prépare la rentrée "dans la prudence". "L'élan a été maintenu; ce sont des enfants qui ont vraiment envie de danser", dit la directrice. Mais après la pandémie, "je suis inquiète pour l'avenir de notre métier... est-ce un virage?". L'ex-étoile veut surtout préparer ses petits rats à une nouvelle réalité et "leur faire comprendre la fragilité de leur métier".

Vous êtes à nouveau en ligne