Musique : Angèle, une sensation faite pour durer

Angèle, en concert en juillet dernier aux Vieilles Charrues.
Angèle, en concert en juillet dernier aux Vieilles Charrues. (HUGO MARIE / EPA)

A coups de clips décalés vus par des millions de fans, et de concerts de plus en plus remplis, la jeune Belge Angèle a su se faire remarquer et passe aujourd'hui l'épreuve du premier album, baptisé "Brol", le "bordel" en bruxellois, avec brio.

Ils sont rares les titres à faire tant de bruit dans les heures qui suivent la sortie. C'est ce qu'a vécu la chanteuse Angèle il y a un an avec La Loi de Murphy, récit d'une vraie journée de galère dont le clip atteint aujourd'hui les douze millions de vues sur YouTube. Un succès qui a eu de quoi effrayer la jeune femme de 21 ans à l'époque. "Les tendances sur YouTube, moi j'y comprends rien et je voyais des commentaires haineux, raconte-t-elle, et tout ça a constitué un gros flip car j'arrivais avec mon prénom, ma tête".

Mais en à peine un an, elle s'est étoffée. Elle a écrit des chansons d'abord, racontant sa vie ou pas, toujours avec une pointe d'humour ou de recul. Du coup le premier album est arrivé assez vite, "un peu carte blanche". Avec cette chance : tourner intensivement en France et ailleurs pour tester son écriture en direct.

Père chanteur et mère comédienne, tous deux très connus en Belgique, soeur du rappeur phénomène Roméo Elvis, Angèle ne renie rien mais s'est construit une musique qui lui ressemble. Pas très loin de la réalité, de l'énergie du rap d'ailleurs.

Quand je me suis attaquée au français j'avais un peu peur mais c'est en écoutant les rappeurs que je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas de règlesAngèle

"Raconter des choses honnêtes sans trop se prendre la tête", dit-elle. C'est bien là tout le talent d'Angèle, chanteuse à la fausse candeur profondément attachante.

CHRONIQUE | La vie d'Angèle, ses chansons à elle
--'--
--'--

Angèle, Brol (Angèle VL Records). Album disponible. En concert à Paris (Trianon) le 23 novembre.

Vous êtes à nouveau en ligne