Mort de Charles Aznavour : "Je suis très choqué parce qu'on a ri comme des enfants dimanche soir" raconte Michel Leeb

Charles Aznavour et Michel Leeb, lors de la représentation de \"Je ne suis pas un homme facile\", en 1993.
Charles Aznavour et Michel Leeb, lors de la représentation de "Je ne suis pas un homme facile", en 1993. (BERTRAND RINDOFF PETROFF / FRENCH SELECT)

Charles Aznavour est mort dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Michel Leeb, qui le connaissait bien, a passé une partie de la journée du dimanche en compagnie du chanteur.

Michel Leeb a passé une partie du dimanche 30 septembre en compagnie de Charles Aznavour, mort la nuit suivante. L'humoriste et le chanteur de 94 ans se connaissaient bien. "J'ai trouvé un homme en pleine forme, droit comme un i, a raconté l'acteur et humoriste sur franceinfo. Je suis très choqué parce qu'on a ri hier soir comme des enfants. Il avait une jeunesse exceptionnelle."

>> Suivez notre direct avec toutes les réactions à la mort de Charles Aznavour

Charles Aznavour "avait plein de projets dans la tête et toujours envie de rire, et de blaguer. Il ne vivait que dans le futur, il avait encore des projets de disques, de livres qu'il écrivait. Il écrivait du matin au soir, passait son temps à bosser dans les avions. Il ne dormait pas, il écrivait", a raconté Michel Leeb.

"C'était un orfèvre de la scène"

Charles Aznavour est venu voir Michel Leeb le 31 décembre au Casino de Paris, alors qu'il revenait d'Haïti. Michel Leeb raconte que lorsqu'il lui a demandé comment il allait et s'il avait dormi, le chanteur lui avait répondu : "Ça va très bien, j'ai travaillé" pendant le vol en avion.

Les deux hommes ont fait une tournée ensemble dans les années 80. Charles Aznavour a donné de nombreux conseils à Michel Leeb. "Chaque soir, il venait voir dans les coulisses ce que je faisais sur scène. Il me disait : c'est pas mal ce que vous faites, c'est amusant, mais il faut mettre ce sketch-là à tel endroit, celui-là est trop long et celui-là est trop court... C'était un orfèvre de la scène."

Vous êtes à nouveau en ligne