Dick Rivers, rockeur à la française, est mort le jour de ses 74 ans

Dick Rivers avec les Chats sauvages dans l\'émission télévisée \"Le bal du 14 juillet\", en 1961
Dick Rivers avec les Chats sauvages dans l'émission télévisée "Le bal du 14 juillet", en 1961 (FREDERIC SIMON / INA / AFP)

Dans les années 1960, le chanteur à la banane noire gominée a participé à la popularisation du rock'n'roll en France.

Le chanteur Dick Rivers est mort le jour de ses 74 ans des suites d'un cancer, a appris franceinfo auprès d'un proche, confirmant une information de l'AFP, mercredi 24 avril. "J'ai la grande tristesse de vous annoncer que Dick Rivers est décédé cette nuit des suites d'un cancer. Nos très affectueuses pensées à sa femme Babette, son fils Pascal et toute sa famille", a écrit son manager sur la page Facebook du rockeur.

Récit : Eric Cornet

FRANCE 3

Dick Rivers avec les Chats sauvages : "Twist à Saint-Tropez"

Fan d'Elvis Presley et Gene Vincent

Son nom de scène lui vient du nom du personnage interprété par Elvis Presley, dans le film Loving You. Dans les années 1960, Dick Rivers a participé à la popularisation du rock'n'roll en France, aux côtés de Johnny Hallyday et d'Eddy Mitchell. Il avait moins vendu qu'eux et n'avait jamais été invité sur le plateau de Michel Drucker, disait-il. Mais il avait sorti une trentaine d'albums et continué les tournées jusqu'à l'année dernière. 

Hervé Forneri, fils d'un boucher de Nice, nait le 24 avril 1945. Adolescent, il est fasciné par Elvis Presley et Gene Vincent.

A 15 ans, il monte avec ses copains Jean-Claude et Gérard Roboly et Jack Regard un groupe qu'ils baptiseront les Chats sauvages, dans lequel Hervé Forneri devient Dick Rivers. Après des concerts dans les cafés et les fêtes de la région, le groupe monte à Paris pour tenter de percer.

Dick Rivers, "J'en suis fou" ("Love Me Do")

En 1961, les Chats sauvages enchaînent les 45 tours

Rapidement, en mai 1961, les Chats sauvages sortent un premier 45 tours, Ma p'tite amie est vache, qui fait un succès. Les 45 tours s'enchaînent, avec autant de tubes comme Twist à Saint-Tropez, C'est pas sérieux ou Hey Pony. Il s'agit essentiellement d'adaptations françaises de titres américains.

Au terme d'une année de succès, Dick Rivers quitte le groupe en pleine tournée pour se lancer dans une carrière solo. Il continue à adapter en français, des chansons des Beatles ou de Roy Orbison comme J'en suis fou (Love Me Do) Tu n'es plus là (Blue Bayou).

Le succès se poursuit pour Dick Rivers : il sort son premier album solo, Je ne suis plus rien sans toi, en 1964 et la même année il partage l'affiche de l'Olympia avec les Beach Boys.

Très populaire aussi au Canada, il est bientôt numéro un du hit-parade de Salut les Copains avec Va-t'en va-t'en. Puis disque d'or avec Viens me faire oublier en 1967. La même année, il enregistre aux Etats-Unis Dick Rivers Story.

Dick Rivers, "Nice baie des Anges"

Trois albums avec Alain Bashung

A partir de la fin des années 1960, avec la fin de la vague yéyé et l'arrivée des hippies, les temps sont plus difficiles mais Dick Rivers continue à enregistrer. Il est même de nouveau disque d'or avec Maman n'aime pas ma musique en 1974. A cette époque, il collabore avec Alain Bashung sur trois albums.

En 1982, les Chats sauvages se reforment pour leurs vingt ans et l'enregistrement d'un album, Les Chats sauvages 1982. En 1984, c'est Nice Baie des Anges et deux ans après, un livre de souvenirs, Hamburger, pan-bagnat, rock'n'roll, réédité en 1996 sous le titre Very Dick. Il écrira aussi deux romans, Complot à Memphis (1989) et Texas Blue (2001).

Les années 1990 marquent un tournant. Il retrouve la scène en 1995 après 19 ans d'absence, la popularité de sa caricature télévisée Didier l'Embrouille lui profite. Et en 1999 il tourne avec Jean-Pierre Mocky dans La candide Madame Duff, avant Le Furet en 2003. Il joue aussi au Théâtre national de Chaillot dans Les Paravents de Jean Genet en 2004.

Dick Rivers avec Julien Doré, "Africa"

Frustré d'être "la troisième roue de la charrette"

En 2006 les jeunes de la chanson française comme Benjamin Biolay, Matthieu Chedid, Mickey 3D, Mathieu Boogaerts lui écrivent un album, "Dick Rivers". Dans un livre d'entretiens avec Sam Bernett, il dit sa frustration d'être la "troisième roue de la charrette" du rock français et se plaint du "manque de reconnaissance" d'animateurs de télévision comme Michel Drucker qui ne l'a jamais invité.

En 2018, bien que n'appréciant pas trop la nostalgie, il a participé à la tournée Age tendre dans toute la France avec plusieurs autres stars des années 1960 et 1970. Et il avait enregistré un titre en duo avec Julien Doré (Africa). "Il ne faut jamais se prendre au sérieux, et toujours remettre le couvert. Chaque fois que je fais un nouveau disque, j'ai l'impression que c'est le premier", assurait-il.

Vous êtes à nouveau en ligne