Miossec : Johnny donnait "une sorte de leçon de courage, sa façon d'être un soldat, de monter au front et d'aller sur scène"

Johnny Hallyday, le 21 février 2016.
Johnny Hallyday, le 21 février 2016. (BERTRAND GUAY / AFP)

Pour le chanteur et parolier, Miossec, qui a écrit la plupart des textes du dernier album de Johnny Hallyday, "il avait une intelligence animale qui était assez terrible. C'est pour ça qu'il a tenu."

"Ces dernières années, avant de monter sur scène, Johnny était parfois, vraiment, extrêmement fatigué, on se demandait comment il allait faire, et je l'ai vu en cinq minutes devenir quelqu'un d'autre", témoigne jeudi 7 décembre sur franceinfo Christophe Miossec, chanteur et parolier, qui a écrit plusieurs des textes des derniers albums de Johnny Hallyday, L'Attente (2012), Rester vivant (2014) ou De l'amour (2015). 

>> Suivez les réactions en direct après la mort de Johnny Hallyday

Johnny c'était "une sorte de leçon de courage, sa façon d'être un soldat incroyable, de monter au front et d'aller sur scène comme on va à la guerre. Avec tout. C'est pour ça qu'il était là et que personne ne lui arrive à la cheville."

"Il chantait avec son corps"

Christophe Miossec se souvient de Johnny comme une personnalité à part. "On sait très bien que tout le monde est concerné, que tout le monde est embarqué avec Johnny. C'est lourd."

Avec Johnny "les mots les plus simples pouvaient vous coller au plafond. Il chantait avec son corps, de tout son être, comme rarement les chanteurs le font. Il y a souvent une part d'hypocrisie chez les chanteurs et chez Johnny il n'y avait rien de tout ça." Lorsqu'on travaillait avec Johnny, il fallait faire attention. "Il avait une telle expérience qu'un texte avec un pied de côté, Johnny le sentait tout de suite et ça n'allait pas. Il avait une intelligence animale qui était assez terrible. C'est pour ça qu'il a tenu."

"Il donnait des choses que peu de gens sont capable de donner"

Miossec et Johnny sont issus de deux univers très différents, mais cela ne les a pas dérangés. "Johnny était quelqu'un de timide et je le suis aussi, de sauvage et je le suis aussi. On se retrouvait là-dedans. On savait de quoi on parle."

Miossec reconnaît que la première fois qu'il a écrit pour Johnny, il a fait de "l'autocaricature avec l'image que l'on avait de Johnny. Une fois qu'on le connaît, qu'on apprécie le bonhomme, on va vers autre chose. On essaie vraiment d'être à la hauteur de son émotion. C'était quelqu'un d'une émotivité extrême qui donnait des choses que peu de gens sont capable de donner."

"Dans la vie, il avait une gentillesse qui était absolument hallucinante pour quelqu'un comme lui. C'était quelqu'un de délicat" déclare le chanteur. 

Vous êtes à nouveau en ligne