Gel du patrimoine de Johnny Hallyday : la justice rendra sa décision le 13 avril

Le dossier de la requête en référé déposée par David Hallyday et Laura Smet, vendredi 30 mars 2018 au tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine).
Le dossier de la requête en référé déposée par David Hallyday et Laura Smet, vendredi 30 mars 2018 au tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine). (MAXPPP)

La justice examinait la requête de David Hallyday et Laura Smet, qui réclament en urgence le gel de son patrimoine et un droit de regard sur son album posthume.

Après quatre heures d'audience, une mise en délibéré. Le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) a annoncé vendredi 30 mars qu'il rendrait sa décision le 13 avril au sujet du gel des avoirs et du droit de regard sur l'album posthume de Johnny Hallyday réclamés par les aînés du chanteur David et Laura. Retrouvez les moments forts de l'audience avec franceinfo.

>> RECIT. Succession de Johnny : comment le clan Boudou a hérité du business Hallyday

Laeticia Hallyday présentée comme une "manipulatrice hors pair". Première à prendre la parole, l'avocate de Laura Smet, Carine Piccio, a critiqué le "déballage médiatique" autour de l'affaire, orchestré selon elle par Laeticia Hallyday et ses avocats. "C'est une sacrée communicante et une manipulatrice hors pair. Elle manipule les débats, elle manipule l'opinion publique", a lancé l'avocate.

Le "trust" au cœur des débats. Laeticia Hallyday est aujourd'hui l'unique bénéficiaire de cette structure, très courante dans les pays anglo-saxons, qui rassemble les avoirs de son défunt mari. Problème : ce trust est basé aux Etats-Unis, donc placé sous juridiction américaine. "Tout est fait pour que la France n'ait plus accès à quoi que ce soit, et il faut rappeler que le patrimoine de Johnny est exclusivement français", a dénoncé Pierre-Jean Douvier, avocat de David Hallyday.

Johnny était-il résident français ou américain ? C'est l'autre question au cœur des débats. L'avocat de la veuve du chanteur a notamment insisté sur le fait que ses filles Jade et Joy sont scolarisées aux Etats-Unis. "Ce n'est pas parce qu'il est mort en France et qu'il y avait une tournée [les Vieilles Canailles] que cela fait de lui un résident français", a-t-il martelé.

La bataille pourrait durer des années. En plus de ce référé, une autre action, sur le fond, a été engagée par David Hallyday et Laura Smet devant le tribunal de Nanterre, mais elle pourrait prendre des années. Les deux aînés s'estiment lésés par les dernières volontés de leur père, qui, selon eux, les "déshérite", ce qui est interdit en droit français. Ils demandent "que la succession soit soumise aux règles de dévolution légales" en France.

Vous êtes à nouveau en ligne