JoeyStarr interdit d'entrer au Canada pour "grande criminalité"

Le rappeur JoeyStarr, le 31 octobre 2014, à Paris.
Le rappeur JoeyStarr, le 31 octobre 2014, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Les agents des douanes l'ont refoulé à son arrivée à l'aéroport car le rappeur français a été condamné à plusieurs peines de prison ferme et d'amendes depuis la fin des années 1990.

Il n'est pas le bienvenu au Canada. Le rappeur français JoeyStarr s'est fait refouler, mercredi 17 juin, par les douanes du pays, après l'atterrissage de son avion. Il avait prévu de donner un concert aux FrancoFolies de Montréal, selon Le Parisien. 

C'est JoeyStarr lui-même qui l'a annoncé sur compte Twitter et sur Instagram, jeudi 18 juin. "Interdiction de rentrer sur le territoire canadien... Retour à la case départ... Surtout que j'étais déjà venu auparavant sans aucun problème... Le zèle est un cancer", écrit-il sur ces réseaux sociaux. 

 

INTERDICTION DE RENTRER SUR LE TERRITOIRE CANADIEN....RETOUR À LA CASE DÉPART...SURTOUT QUE J ÉTAIS DÉJÀ VENU AUPARAVANT SANS AUCUN PROBLÈME...LE ZÈLE EST UN CANCER !!!!!#joeyvadanslemur#iampunkfunk @streetart_p.a.r.i.s

Une photo publiée par Joeystarr (@iampunkfunk) le 17 Juin 2015 à 15h33 PDT

"Interdit de territoire pour grande criminalité"

Le rappeur et acteur a mis en ligne sur Facebook un document dans lequel les autorités canadiennes justifient ce refus : "Il est interdit de territoire pour grande criminalité parce qu'il a été déclaré coupable à l'extérieur du Canada d'une infraction qui, commise au Canada, constituerait une infraction à une loi fédérale punissable d'un emprisonnement maximal d'au moins dix ans."

!!!!!!TRÈS INTÉRESSANT COMME FONCTIONNEMENT #HABAWÉ#quescequonseclate #bonsangmaiscestbiensure#PRENEZDELADISTANCE #SONOJOJO

Posted by JoeyStarr on mercredi 17 juin 2015

JoeyStarr a été condamné à plusieurs peines de prison ferme et d'amendes depuis la fin des années 1990, notamment pour des faits de violences et de détention d'arme. Début juin, il a écopé de 15 jours de prison avec sursis et 300 euros d'amende à la suite d'une altercation avec des policiers, survenue il y a deux ans.