Le créateur du "Bureau des légendes" Eric Rochant organise son grand débat

Le réaliateur Eric Rochant pendant une masterclass lors du festival Série séries à Fontainebleau en 2015.
Le réaliateur Eric Rochant pendant une masterclass lors du festival Série séries à Fontainebleau en 2015. (Vincent Loison/SIPA)

Le réalisateur et scénariste Eric Rochant, créateur de la série "Le Bureau des légendes", a décidé d'organiser son grand débat dans le 14e arrondissement de Paris. Inspiré par la politique et la diplomatie dans son travail, le cinéaste nous expose son point de vue sur l'actualité et le grand débat national.

"J'y crois, c'est inédit et tout le monde doit s'exprimer". Le cinéaste et créateur de la série française "Le Bureau des légendes" a décidé d'organiser son débat, dans le cadre du Grand débat national initié par le gouvernement. L'événement, intitulé "Le pouvoir des idées", se tiendra vendredi 22 février dans la mairie du 14e arrondissement, le quartier du cinéaste. Dans ce débat, Eric Rochant nous explique qu'il sera seulement médiateur. Il a choisi deux grands thèmes parmi les quatre fixés par le gouvernement : "La fiscalité et les dépenses publiques" et "la démocratie et la citoyenneté". "Mais on pourra parler de tout", ajoute-t-il. 

Des blogs pour publier ses contributions

Ses idées, il les exprime régulièrement sur son blog, créé en 2009. Un espace qui lui permet de commenter notamment l'actualité politique. Dans un récent post, il explique son soutien au Grand débat, "à l’issue duquel toutes les attentes sont justifiées, toutes les craintes et tous les espoirs", écrit-il."Je trouve que c'est une bonne réponse de la part du gouvernement à la crise actuelle", nous explique le réalisateur. Il nous confie également avoir confiance en la manière dont les contributions seront prises en compte et estime que l'exercice pourrait être réitéré. 

Avant même que le site granddebat.fr ne soit prêt, le cinéaste avait mis en place plusieurs blogs permettant de publier ses propositions et celles d'autres internautes sur les quatre thématiques proposées par le gouvernement : "La fiscalité et les dépenses publiques", "La démocratie et la citoyenneté", "La transition écologique" et "L'organisation de l'Etat et des services publics". "J'ai commencé tout de suite, avant que le site du gouvernement ne soit opérationnel", explique-t-il. 

"Un exercice d'intelligence collective" 

"Je travaille avec d'autres scénaristes et je sais que l'écriture collective est riche car on apporte chacun nos idées", compare le cinéaste qui qualifie le débat national d'"exercice d'intelligence collective".

Sur son blog, il fait également des liens entre l'actualité et son travail :

Quand on fait un film on ne sait jamais vraiment ce qu’on a fait, si c’est bon ou mauvais et de quoi ça parle exactement. On attend qu’on nous le dise. Mais personne ne peut vraiment nous le dire, chacun parle plus de soi que du film. Le succès ou l’échec commercial ne disent rien car, on le sait, de bons films ne marchent pas et de mauvais films sont des grands succès. Les critiques ne nous disent rien car ils sont payés pour dire des choses, ne sont en général pas sincères, ils se mettent en valeur à travers le film mais ne parlent pas du film. Les amis ne disent pas grand-chose non plus. Ils n’osent pas dire la vérité, ou parfois osent trop et trop brutalement. Ils parlent d’eux. Bref : comment savoir ? Écoute flottante. A la fin, des thèmes émergent. A travers l’agrégation des opinions quelque chose, une petite musique se fait entendre : trop ennuyeux, trop long, on ne comprend rien, pas intéressant… et on finit par avoir une idée de ce qui va ou ne va pas. Personne n’a la vérité sur le film mais une certaine vérité se dégage à la fin et à force."Eric Rochant sur son blog http://rochant.blogspot.com/

Emergence du populisme et manipulation inspirent le réalisateur

Selon Eric Rochant, l'exercice du débat national sera plus sain que le débat permis par les réseaux sociaux. Ces derniers véhiculent, selon lui, une "subjectivité qui est celle de la foule". Pour le réalisateur, l'influence des réseaux sociaux a dopé l'émergence du populisme. Une tendance "de fond" qui l'inspire dans son travail. "Les nouveaux populismes et la manipulation, c'est le genre de thématiques qui pourraient être traitées dans 'Le Bureau des légendes' car cela entraîne des changements au niveau géostratégique", expose le créateur de la série. "J'ai déjà parlé du poids de la manipulation et du cyber dans la saison 4", ajoute-t-il. Des thématiques qui pourraient être encore développées : "On observe une massification de la manipulation des opinions avec des outils difficiles à contrer. L'intelligence artificielle va bientôt être (et est sûrement déjà) utilisée comme une arme de subversion de l'opinion politique."
Vous êtes à nouveau en ligne