L'Ukraine remporte l'Eurovision, la France termine sixième, son meilleur classement depuis 2002

(JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Amir a remporté son pari : "redorer le blason de la France." Il n'a peut-être pas gagné, mais il offre au pays une place qu'il n'avait pas atteinte depuis presque 15 ans.

Ce n'était pas arrivé depuis Sandrine François en 2002 : la France termine sixième de l'Eurovision, grâce à Amir et sa chanson J'ai cherché. C'est l'Ukraine qui remporte le concours à l'issue de la finale, samedi 14 mai, avec une chanson à la fois personnelle et politique : dans 1944, Jamala, la gagnante, rend hommage à son arrière-grand-mère et évoque le sort des Tatars de Crimée, déportés par Staline. Elle devance sur le podium l'Australie et la Russie, qui était donnée favorite du concours.

Une chanson sur l'histoire tragique de son peuple

"Je voulais faire une chanson sur mon arrière-grande-mère Nazalkhan et les milliers de Tatars de Crimée qui n'ont jamais pu retourner en Crimée, sur l'année qui a changé leurs vies à tout jamais", expliquait la chanteuse avant la cérémonie à l'AFP : "J'avais besoin" de cette chanson "pour me libérer" de cette douleur. Sa propre famille a été "enfermée dans un wagon de marchandises, comme des bêtes, sans eau, sans nourriture et expédiée vers l'Asie centrale"

La chanson a été fraîchement accueillie par Moscou. La plupart des Tatars de Crimée, revenu dans la péninsule après la chute de l'URSS, ont été horrifiés de la voir annexée par la Russie, en mars 2014. Depuis cette date, des militants tatars ont été placés en détention ou ont vu leurs domiciles perquisitionnés, et des dirigeants de la communauté ont été interdits d'entrée sur ce territoire par Moscou. Des abus notamment dénoncés par l'ONU.

La France renoue avec le haut du classement

A l'opposé, la France a choisi un titre nettement plus léger, résolument pop, dans les standards de l'Eurovision. J'ai cherché "parle de l'amour véritable, le seul et l'unique, analysait Amir avant la compétition : "Beaucoup de gens peuvent se retrouver dans ces paroles." "C'est un titre qui bouge, qui amène la fête, l'espoir, la positivité, le rassemblement des gens, des couleurs, des peuples", ajoutait-il sur RFM.

Grâce à lui, l'Hexagone renoue avec le haut du classement, après des années de disette : l'année dernière, Lisa Angell avait terminé son parcours à la 25e place sur 27 prétendants en finale. La France a plus de chance cette année, avec une sixième place, performance jamais égalée depuis 2002. A l'époque, Sandrine François avait terminé cinquième avec son titre Il faut du temps.