Eurovision : quatre histoires peu glorieuses qui ont marqué la compétition

Le jeudi 11 mai, à Kiev (Ukraine), sur la scène où se tiendra le 62e concours de l\'Eurovision.
Le jeudi 11 mai, à Kiev (Ukraine), sur la scène où se tiendra le 62e concours de l'Eurovision. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

Entre les plagiats, les candidats sulfureux et les décisions politiques, le concours musical se distingue, certaines années, par des polémiques retentissantes. Florilège.

Entre scandales et polémiques, l’Eurovision connaît régulièrement des fausses notes. Devant environ 200 millions de téléspectateurs chaque année, les chanteurs ont l’habitude de revendiquer des idées politiques ou de défendre une cause. Mais il arrive aussi, parfois, que des polémiques éclaboussent le concours musical.

>> Eurovision : suivez en direct la 62e édition

Plagiats, candidats sulfureux... Franceinfo se penche sur ces histoires peu glorieuses qui ont rythmé la compétition ces dernières années. 

2010. Quand l'image d'une gagnante est ternie par des vidéos où elle apparaît nue

En 2010, Lena Meyer-Landrut représente l’Allemagne à la perfection. La candidate de 19 ans remporte le concours grâce à sa chanson Satellite. Mais quelques jours plus tard, la jeune femme est éclaboussée par une polémique qui ternit son image. Des médias retrouvent des vidéos où elle apparaît nue. On la voit sauter dans une piscine avec un jeune homme. 

Cette séquence est tirée d’une série de la chaîne RTL diffusée en septembre 2009 et intitulée Helfen sie mir ! (Aidez-moi !). Mais même si les images font rapidement le tour du monde, Lena Meyer ne s'en offusque pas et assume. "C'était bien moi, mais je n'en ai jamais éprouvé la moindre honte, pas plus à l'époque que maintenant", assure-t-elle, comme le rappelle RTL.

2015. Le public se révolte contre un artiste "raciste et homophobe"

Des déclarations polémiques et un déluge de critique. Quand, à l’automne 2015, la Norddeutscher Rundfunk, groupe audiovisuel public du nord de l’Allemagne, annonce la participation de Xavier Naidoo à l’Eurovision, la communauté des fans de l’Eurovision voit rouge. Car le chanteur, choisi en interne par la chaîne pour représenter le pays pour l'édition 2016, traîne une réputation sulfureuse.

Catholique fervent, mystique à ses heures, il est notamment connu comme un adepte des théories fumeuses d’une conspiration juive à propos du 11-Septembre, rappelle le site suisse 360.ch. Il est aussi dans le collimateur des associations LGBT depuis une chanson particulièrement scabreuse, en 2012, rapprochant homosexualité et pédophilie. "On n’aurait pas pu trouver un artiste qui représente plus mal l’esprit de l’Eurovision", résume Sven Lehmann, un député écologiste du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Résultat : une pétition en ligne est lancée, appuyée par une partie de la classe politique, pour demander l'éviction de Naidoo. Le 27 décembre 2015, "surprise par la force des réactions", la Norddeutscher Rundfunk finit par faire machine arrière et décide de ne pas présenter le rappeur à l'Eurovision.

2017. L'Ukraine exclut la candidate russe

Cette année, une polémique géo-politico-diplomatique éclabousse le concours. Ioulia Samoïlova, charismatique chanteuse de 27 ans qui se déplace en chaise roulante, est interdite d'entrée en Ukraine pour trois ans. Les autorités ukrainiennes entendent punir la jeune femme qui s'est produite en concert en juin 2015 en Crimée annexée, réservant le même sort à plusieurs journalistes russes venus couvrir l'événement à Kiev.

L'Eurovision a d'abord tenté de régler le problème en proposant à la chaîne de télévision russe Pervyi Kanal de faire participer Ioulia Samoïlova lors d'un duplex par satellite, mais cette proposition a été rejetée par la chaîne, tout comme celle de changer de candidate. Pervyi Kanal a fini par annoncer qu'elle ne diffuserait pas le concours de l'Eurovision. Or la diffusion par une chaîne nationale du concours de chant est un prérequis de la participation de tout pays. La Russie ne participe donc pas au concours cette année.

2017. Les accusations de plagiat se répètent

Incontestablement, c’est la petite musique qui revient tous les ans. Les accusations de plagiat touchent régulièrement l'Eurovision. Rien que cette année, trois candidats sont visés : l'Allemande Levina, la Belge Blanche et le Bulgare Kristian Kostov sont sur le banc des prévenus. Après l'écoute des premières notes de Perfect Life de Levina, par exemple, de nombreux internautes ont relevé des similitudes avec un titre de David Guetta.



Contactée par le journal Bild (en allemand), la chanteuse admet une "ressemblance" avec le titre de David Guetta. Mais elle certifie que "les notes sont différentes". Quant aux titres des représentants de la Belgique et de la Bulgarie, L’Express relève qu'ils rappellent étrangement des chansons, respectivement de la chanteuse canadienne Alexe Gaudreault et du Français Woodkid.