Eurovision : on vous explique pourquoi Israël participe au concours

La chanteuse israélienne Netta Barzilai après sa victoire, lors de la 63e édition du concours de l\'Eurovision, à Lisbonne (Portugal), le 12 mai 2018.
La chanteuse israélienne Netta Barzilai après sa victoire, lors de la 63e édition du concours de l'Eurovision, à Lisbonne (Portugal), le 12 mai 2018. (FRANCISCO LEONG / AFP)

Israël a remporté, pour la quatrième fois de son histoire, le concours de l'Eurovision et certains s'interrogent sur la présence du pays dans cette compétition qui n'est pas si européenne que ça. Explications.

Pourquoi des pays qui ne font pas partie de l'Europe, comme l'Australie ou Israël, participent-ils à l'Eurovision ? Le débat, récurrent, refait surface sur les réseaux sociaux, dimanche 13 mai, au lendemain de la victoire de l'Israélienne Netta Barzilai avec sa chanson Toy. Israël a déjà remporté le concours de chansons à trois reprises, en 1978, 1979 et 1998.

"Pour beaucoup EUROvision = EUROpe. Sauf que non…", rappelle 20 minutes, qui a consacré un article à la question. En effet, tous les pays membres de l'organisation Union européenne de radio-télévision (UER) peuvent participer au concours. L'Eurovision n'est en fait qu'un réseau qui permet aux chaînes du monde entier de s'échanger des images. L'UER, basée en Suisse, organise donc depuis 1956 le "Concours Eurovision de la chanson". 

Egypte, Algérie, Tunisie, Libye...

Les premières années, seuls des pays d'Europe de l'Ouest participaient à l'UER. Mais dès les années 1970, la zone d'influence géographique du célèbre concours s'est élargie. Ainsi, Israël participe à l'Eurovision depuis 1973. La Turquie a tenté sa chance en 1975. On peut aussi citer l'Arménie (depuis 2006), la Géorgie (depuis 2007), l'Azerbaïdjan (depuis 2008) ou encore l'Australie (depuis 2015)... 

"Parmi les autres membres actifs non-européens [de l'UER] qui auraient le droit de pousser la chansonnette à l'Eurovision, il y a l'Egypte, l'Algérie, la Tunisie, la Libye ou la Jordanie", précise 20 minutes. Ces pays pourraient donc participer au concours s'ils le souhaitent. Le Maroc, par exemple, n'a tenté sa chance qu'une seule fois, en 1980. Le Liban a voulu tenter l'aventure en 2005 mais il s'est finalement retiré de l'UER : la Constitution libanaise interdisant de faire la promotion de produits venant d'Israël, il n'était pas possible de diffuser la chanson israélienne... 

Vous êtes à nouveau en ligne