Eurovision 2019 : l'Ukraine renonce à participer

Le groupe ukrainien KAZKA, lors de la sélection ukrainienne pour l\'Eurovision, le 23 février 2019 à Kiev (Ukraine). 
Le groupe ukrainien KAZKA, lors de la sélection ukrainienne pour l'Eurovision, le 23 février 2019 à Kiev (Ukraine).  (STR / NURPHOTO / AFP)

En trois jours, quatre groupes ukrainiens ont fait part de leur refus de représenter leur pays lors de ce concours populaire, qui aura lieu en mai en Israël.

L'Eurovision 2019 se fera sans l'Ukraine. Le pays a annoncé renoncer au concours musical, mercredi 27 février, après le refus de plusieurs groupes de représenter le pays lors de cette compétition aux enjeux de plus en plus politiques pour Kiev, sur fond de tensions avec la Russie. "La société nationale de radio et de télévision d'Ukraine refuse de prendre part à l'Eurovision 2019", a annoncé le diffuseur national UA:PBC, mercredi.

"La sélection nationale en 2019 a mis au jour et attiré l'attention du public sur les problèmes systémiques de l'industrie musicale en Ukraine : les artistes ont des liens avec le show-business du pays agresseur", dénonce la télévision publique, en référence à la Russie. De nombreux artistes ukrainiens s'y produisent en concert, malgré des relations extrêmement tendues entre les deux pays voisins. "Au vu de la situation actuelle (...) et des conditions de politisation excessive du processus de sélection nationale, le diffuseur a décidé de renoncer à participer à l'Eurovision 2019", poursuit UA:PBC.

Accusations d'instrumentalisation politique

En trois jours, quatre groupes ukrainiens ont fait part de leur refus de représenter leur pays lors de ce concours populaire, qui aura lieu en mai à Tel-Aviv (Israël). Le cas le plus retentissant a été celui, lundi, de la chanteuse Maruv, qui avait remporté le vote du public ukrainien. L'artiste a dénoncé une volonté d'instrumentalisation politique de la part des autorités. Le diffuseur national exigeait en effet que Maruv accepte de ne plus se produire en Russie. Il souhaitait aussi qu'elle fasse office d'"ambassadrice culturelle de l'Ukraine" et de "porte-parole de l'opinion publique ukrainienne dans le monde", ce qu'elle a refusé.

Freedom Jazz, un trio de chanteuses qui était le deuxième choix de l'Ukraine après Maruv, puis le groupe pop KAZKA, troisième choix, et enfin le quatrième, Brunettes Shoot Blondes, lui ont emboîté le pas en annonçant mardi et mercredi qu'ils n'iraient pas à Tel-Aviv. 

L'Ukraine et la Russie traversent une grave crise dans leurs relations, depuis l'arrivée au pouvoir de nouvelles autorités pro-occidentales à Kiev en 2014, suivie par l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou, et par un conflit meurtrier avec des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.

Vous êtes à nouveau en ligne