Censure : l'Eurovision, trop LGBT pour la Chine

FRANCEINFO

La chaîne de télévision chinoise Mango TV a décidé de flouter les drapeaux LGBT affichés dans le public de l'Eurovision 2018. Certains pays ont également été tout bonnement oubliés, les artistes les représentant ne convenant pas aux standards du régime communiste.

Dans l'Eurovision peut se cacher du contenu sensible. Heureusement, la chaîne chinoise Mango TV a tout fait pour ne pas corrompre l'innocence de ses spectateurs. Ils ont donc eu la chance de regarder la demi-finale de l'Eurovision sans les drapeaux LGBT, qui ont été floutés. Les téléspectateurs européens, en revanche, pouvaient bien les voir. Le diffuseur chinois a aussi oublié deux pays, comme l'Albanie et son chanteur tatoué, marque de décadence. Et adieu l'Irlande, beaucoup trop gay à leurs yeux en raison de la chorégraphie mettant en scène deux hommes.

Des prestations contraires aux "valeurs centrales du socialisme"

Les Chinois peuvent remercier le Parti communiste au pouvoir, qui a lancé une campagne pour faire disparaître d'internet tout contenu déviant des "valeurs centrales du socialisme". Il se trouve que l'Albanie et l'Irlande sont quand même qualifiées pour la finale. Toutefois, Mango TV ne devrait pas se poser trop de questions sur ce qu'il faut censurer la prochaine fois, puisque l'Union européenne de radio-télévision, responsable du concours, a décidé de rompre son contrat qui la liait à la plateforme chinoise. Avec une censure pareille, on n'ose même pas imaginer comment ils auraient géré la victoire de Conchita Wurst en 2014.

Vous êtes à nouveau en ligne