Coronavirus : la Fête aux balcons appelle à rendre hommage en musique aux soignants vendredi à 20 heures

La Fête aux balcons, un hommage en musique aux soignants en temps de pandémie de coronavirus, donne rendez-vous partout en France le vendredi 20 mars de 20h à 21h.
La Fête aux balcons, un hommage en musique aux soignants en temps de pandémie de coronavirus, donne rendez-vous partout en France le vendredi 20 mars de 20h à 21h. (DUREVIE.PARIS)

La Fête aux balcons invite les artistes, DJ, musiciennes, musiciens, chanteuses et chanteurs, à exprimer leurs encouragements aux personnels soignants depuis leurs fenêtres et leurs balcons, ce vendredi 20 mars, de 20h à 21h. Nous avons parlé aux deux organisateurs de l'évènement.

Vous avez sans doute entendu parler des applaudissements organisés depuis mardi soir en hommage aux soignants, en première ligne dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Des centaines de citadins y ont participé, depuis leurs fenêtres et leurs balcons, sans bouger de chez eux. Ceux qui l’ont vécu dans différentes villes de France, mardi et mercredi à 20h, témoignent tous d'un moment émouvant. Une façon, pour les animaux sociaux que nous sommes, de se rassembler et de montrer notre solidarité tout en respectant les consignes de confinement, ensemble mais chacun chez soi.

Deux jeunes organisateurs d’évènements festifs, Benjamin Charvet et Mazen Nasri, ont lancé dès lundi un événement Facebook similaire "pour remercier et encourager les personnels de santé, héros de cette bataille", mais en musique. La Fête aux balcons invite les artistes, DJ, musiciennes, musiciens, chanteuses et chanteurs, à s’exprimer depuis leurs fenêtres et leurs balcons, ce vendredi 20 mars, de 20h à 21h. 

>> Coronavirus : suivez l'évolution de l'épidémie en France dans notre direct 

L'évènement va englober toute la musique

En tant que producteurs évènementiels, nous sommes frappés de plein fouet comme tant d’autres par l’arrêt brutal de la culture. Et nous avons été très touchés par les Italiens chantant à leurs fenêtres, souligne Mazen Nasri, qui co-anime avec Benjamin le site d'actualité des musiques électroniques durevie.paris.

"Nous avons contacté au départ une cinquantaine d’acteurs avec lesquels notre média a tissé des liens depuis de nombreuses années et nous nous sommes rendu compte qu’ils avaient envie de faire quelque chose pour rendre hommage à leur manière aux personnels hospitaliers, aux soignants et à tous ceux qui sont actuellement au front auprès des malades dans la lutte contre le coronavirus", explique Benjamin Charvet, qui est aussi directeur artistique du Badaboum et du Panic Room, deux salles parisiennes bien connues des amateurs de musique électronique.

"Mais l’événement s’est largement étendu au-delà de notre réseau, motivant des artistes qu’on ne pensait pas toucher, et il va finalement englober toute la musique". Vendredi matin, la page Facebook de l’événement réunissait 12.000 "participants" et 22.000 "intéressés".

Une initiative dont le maître mot est le respect

Pas question néanmoins d’une fête qui serait l’occasion de débordements. "Pour être un héros, il faut rester chez soi", rappellent les deux organisateurs en soulignant leur attachement au respect : "Respect des consignes de confinement, respect aussi du voisinage. C’est la raison pour laquelle nous sommes partis sur un événement qui ne dure qu’une heure. L’idée c’est que pendant une heure, chaque artiste rende hommage en même temps et chacun à sa manière aux personnels hospitaliers. Certains seront derrière leurs platines, d’autres joueront de leurs instruments, d’autres chanteront et d’autres vont simplement écouter et applaudir."

L’autre consigne sur laquelle nous insistons c’est le respect de l’horaire : de 20h à 21h pile et pas au-delà. A 21h, l’idée c’est que tout le monde arrête et applaudisse.Les organisateurs de La Fête aux balconsà franceinfo culture

Travail de prévention sur le volume sonore

Si la musique peut être d’un grand secours pour apaiser les angoisses, il n’est cependant pas certain que les choix musicaux soient du goût de tous. Ne risque-t-on pas d’aggraver le stress des personnes confinées et à cran ? "On ne veut pas donner de consignes de style de musique parce qu’on veut laisser la liberté aux participants de s’exprimer selon leurs sensibilités. Mais nous avons prévu en revanche beaucoup de prévention sur le volume sonore, sur le fait de ne pas embêter le voisinage et de rester respectueux. Dans les commentaires sur Facebook, les gens ont l’air d’avoir compris."

Décoration et déguisement, la créativité appelée à s'exprimer

Les deux complices sont connus pour leurs soirées thématiques hautes en couleurs, à Paris, en France mais aussi à Berlin, Londres, Bruxelles ou encore Montréal, où il est recommandé de venir déguisé en accord avec le thème – disco, plage, cabaret. De la même façon, ils invitent les participants de la Fête aux balcons de vendredi à faire preuve de créativité en décorant leurs balcons, en offrant un éclairage différent (un participant à proposé carrément du mapping), voire en se déguisant. Bref, "à faire quelque chose de joyeux et de joli."

Saisie écran de la Google Map de La Fête aux balcons organisée le vendredi 20 mars 2020 de 20h à 21h partout en France.
Saisie écran de la Google Map de La Fête aux balcons organisée le vendredi 20 mars 2020 de 20h à 21h partout en France. (GOOGLE MAP / DUREVIE.COM)
Beaucoup de musiciennes et musiciens ont prévu de se filmer en live streaming et Benjamin et Mazen ont travaillé d’arrache-pied pour proposer une Google Map où chacun peut s’ajouter en temps réel et se localiser. Elle est disponible sous ce lien. Le mode d'emploi est à retrouver sur la page Facebook de l'évènement.

La Fête aux balcons est-elle appelé à se renouveler ? "On va d’abord attendre de voir comment cela va se passer vendredi. Si tout se déroule dans le respect, ce pourrait être bien de se retrouver une fois par semaine tous ensemble durant le confinement, sachant que le vendredi c’est le moment où le citadin a envie de relâcher la pression et de faire la fête. Nous avons aussi choisi le vendredi par respect pour ceux qui continuent à travailler et télétravailler malgré l’épidémie. Ils auront le reste du week-end pour se reposer." Comme dans la vraie vie. Ou presque.

Vous êtes à nouveau en ligne