Véronique Sanson a fêté ses 70 ans sur scène, avec un premier concert au Palais des Sports

Véronique Sanson sur la scène du Printemps de Bourges en avril 2018
Véronique Sanson sur la scène du Printemps de Bourges en avril 2018 (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Ce concert, qui sera suivi de deux autres au Palais des Sports à Paris vendredi et samedi soirs, ne marquait pas le grand retour de Sanson. La chanteuse était remontée sur scène le 3 avril à Tours, déjà en pleine forme. 

Les yeux mouillés de bonheur, mais la voix bien intacte, Véronique Sanson a tenu son pari en célébrant avec panache ses 70 ans, le 24 avril, devant le public parisien du Palais des Sports, six mois après avoir soigné une tumeur à une amygdale.

Celle qui confessait mardi dans Le Parisien avoir pensé "ne pas arriver à 70 ans", sort d'une séquence éprouvante puisqu'elle avait dû suivre en octobre plusieurs séances de radiothérapie, afin de soigner une tumeur cancéreuse sur une amygdale qui avait été décelée au cours de l'été 2018.

La voix claire

Une épreuve précédée de bien d'autres qui ont émaillé sa "drôle de vie" (méningite, infarctus à l'adolescence, carotide bouchée, maladie génétique du sang), sans oublier son combat contre l'alcool et la drogue ou encore les violences conjugales subies durant son mariage avec Stephen Stills, le guitariste chanteur du groupe Crosby, Stills, Nash & Young.

Au Dôme de Paris, où elle a été la première femme à se produire en 1978, Sanson a proposé un récital long de deux heures et vingt minutes, sans que jamais ses cordes vocales ne trahissent les stigmates du lourd traitement subi.

Avec Vianney et Christophe Maé

Dès son entrée en scène, poing levé, combattante, elle évacue tous les doutes à son endroit sur Dignes, dingue, donc... chanté avec la puissance requise, sous les yeux de nombreuses personnalités parmi lesquelles Catherine Deneuve, Serge Lama, Catherine Lara, Léa Salamé, Laurence Ferrari, Tim Dup ou encore Jean-François Copé.

En feignant de ne pas entendre les premiers "Joyeux anniversaire" scandés par le public, elle confesse : "je suis tellement contente de vous voir, on vit une si merveilleuse histoire ensemble".

"Joyeux anniversaire"

Le premier moment fort d'un concert qui ira crescendo survient sur Vol d'horizon, en hommage à Simone Veil "l'humaniste". Trois autres titres suivent portés par une brillante section de cordes : Ainsi s'en va la vie, Je me suis tellement manquée, Et je l'appelle encore dédiée à sa mère.

Drôle de vie, l'engage dans le premier des deux duos surprises du soir avec Vianney, le second se déroulant avec Christophe Maé sur Besoin de personne. Aux anges, les spectateurs ont déjà afflué au pied de la scène, ils se dandinent sur un Vancouver endiablé, reprennent en choeur Amoureuse et tentent d'autres "Joyeux anniversaire".

"Ma révérence" 

Deux rappels récompensent leur ferveur et les roses envoyées à leur idole à l'énergie débordante, qui interprète seule non pas trois mais quatre ultimes chansons. Car, d'humeur canaille, Sanson s'est amusée à glisser Ma révérence entre Toute une vie sans te voir et Le petit voyageur, avant Bahia en conclusion.

Eh oui ! Autant la chanter cette "révérence", puisqu'elle n'est pas prête de la tirer, Véronique, même si "les mois d'avril sont meurtriers" comme les fans de Jean-Pierre Marielle et Dick Rivers peuvent tristement en témoigner.

Vous êtes à nouveau en ligne