Dans le rétro : les ombres de "L'Aigle noir" de Barbara

FRANCE 2

Il y a cinquante ans, le 28 mai 1970, Barbara interprétait "L'Aigle noir". Ce titre reste la troisième chanson préférée des Français.

C'est une chanson qu'elle semblait chuchoter du bout des lèvres, devenue tube de l'été 1970. Cette année-là, le public découvre "L'Aigle noir" sans savoir que Barbara livre probablement là son plus lourd secret. À l'époque, la chanteuse en termine avec sa première expérience au théâtre. Ce sera un échec, mais elle va vite s'en relever. Un piano se trouve dans sa loge sur lequel l'un de ses musiciens fétiches égrène quelques notes. "Barbara a entendu ça et m'a dit : 'C'est quoi ça ?' Je lui ai dis que c'est juste une descente harmonique. Elle m'a demandé de continuer", explique Roland Romanelli, musicien et arrangeur de Barbara. 

Un texte qui semble évoquer un rêve

Tout en continuant la composition, Barbara fouille dans ses tiroirs et retrouve un texte écrit quelques années plus tôt. Il semble évoquer un rêve, mais certains pensent que l'aigle noir est celui du nazisme, souvenir d'enfance de la petite juive forcée de se cacher pendant la guerre. C'est finalement dans une autobiographie, publiée après sa mort en 1997, qu'elle révèle l'inceste qu'elle a subi et que les mots de "L'Aigle noir" semblent évoquer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne