Batteur d'AC/DC : les accusations de tentatives d'assassinat se dégonflent

(Pour la justice néo-zélandaise, Phil Rudd n'a pas cherché à assassiner deux personnes © James Croucher/Newspix//REX/SIPA)

La justice néo-zélandaise a pris le contre-pied de l'enquête de police en estimant qu'il n'y avait pas de preuves que Phil Rudd, le batteur d'AC/DC avait embauché un tueur à gages. Phil Rudd n'est pourtant pas tiré d'affaire.

L'affaire a secoué la scène rock mondiale. Elle s'est en partie dégonflée. Jeudi, Phil Rudd, le batteur d'AC/DC comparaissait devant la justice néo-zélandaise accusé d'avoir engagé un tueur à gages pour assassiner deux personnes. Foutaises, dit in fine la justice pour qui il n'existe aucune preuve. Le procureur a d'ailleurs annoncé l'abandon des charges.

Mais le batteur du groupe de légende n'est pas pour autant tiré d'affaires. Car les policiers – en fouillant son domicile – ont trouvé de la drogue (méthamphétamines et cannabis) et que le musicien a proféré des menaces de morts. Il risque tout de même sept ans de prison.

"Un préjudice incalculable"

L'avocat de Phil Rudd est très énervé (autant qu'un solo de guitare d'Angus Young fondateur du groupe). Selon lui, son client a subi "un préjudice incalculable " puisque l'affaire a connu un retentissement  mondial et il envisage de chercher des compensations.

Le groupe avait annoncé qu'il n'était pas au courant des accusations portées contre son batteur et assuré que ces événements n'auraient aucune conséquence sur la sortie du nouvel opus, ni sur la tournée mondiale du groupe prévue en 2015. "L'arrestation de Phil n'affectera pas la sortie de notre nouvel album Rock or Bust et la tournée  mondiale prévue en 2015 ", ont-ils assuré.