EN IMAGES. La haute couture printemps-été 2020 et ses précieux savoir-faire en 6 silhouettes

34 maisons ont présenté du 20 au 23 janvier 2020 leur collection haute couture printemps-été 2020. Si le dernier show Jean Paul Gaultier a mobilisé toutes les attentions, d'autres couturiers, plus ou moins connus, ont montré leur savoir-faire. Retour en images !

Domaine d'excellence, la haute couture française - organisée autour de maisons pour certaines anciennes - est certes le fruit du travail des créateurs. Mais il est aussi celui de leurs précieux collaborateurs (brodeurs, plumassiers, plisseurs...) qui ont su transmettre des savoir-faire séculaires tout en innovant.

Découvrez en images, ces trésors signés On Aura Tout Vu, Viktor&Rolf, Julien Fournié, Alexandre Vauthier, Guo Pei et Schiaparelli. 

16
Connus pour leurs créations couture, leurs costumes pour la scène et les stars ainsi que leurs bijoux cristallisés, Livia Stoianova et Yassen Samouilov signent une collection qui ne laisse pas indifférent. C'est au Paradis Latin que la maison a présenté sa collection couture intitulée "Equilibrum. Combat des Titans". Depuis mai 2019, pour la nouvelle revue "L’oiseau Paradis" - orchestrée par le chorégraphe Kamel Ouali - On Aura Tout Vu est aux commandes des costumes. C'est donc un défilé aux allures de revue qu'a proposé le duo. Si le thème guerrier est de mise avec ses casquettes militaires et ses ceintures avec cartouchières, le tout est cependant rebrodé de strass. Les épaulettes sont plumées, tandis que les coiffes et les colliers sont constitués d'une accumulation de jambes, bras et têtes en plastique coloré. Il y a des costumes colorés, beaucoup de robes volantées ou corsetées mais aussi des manteaux légers constitués de plumes (bleu outremer, violet, rose). A noter une ravissante robe babydoll couleur saumon, courte devant et longue derrière, toute volantée avec son gros collier constitué de jambes de plastiques de la même couleur. La jupe d'une robe de cocktail courte, corsetée de strass, est réalisée quant à elle avec des crânes, des jambes et des bras en plastique bleu canard. En dépit du thème, tout est joyeux ! OLESYA OKUNEVA
26
Inspiré des souvenirs d'enfance, la haute couture printemps-été 2020 de Viktor & Rolf a un air de poésie douce et de romance innocente. Ayant presque épuisé leur stock d’archives de tissus - remontant souvent à 20 à 25 ans - lors de leurs précédents défilés, le duo s'est tourné cette fois-ci vers leurs archives d'échantillons de tissus. Ils ont sélectionné les plus luxueux. Historiquement, la technique du patchwork est née de la nécessité frugale : les vieux vêtements étaient découpés en patchs et recousus en motifs décoratifs, pour être réutilisés. Cette collection souligne la beauté de l'imperfection et met en évidence le principe du design conscient : faire plus avec moins. Voici des robes et des capes volumineuses, agrémentées de gradins, de volants et de galons au crochet. Allant du sol au mollet en passant par l'ultra-mini, plusieurs tenues sont complétées par des chapeaux surréalistes à larges bords. Un maquillage élaboré est juxtaposé à de faux tatouages, proclamant des messages d'amour et de bonheur. Le duo de créateurs a fait appel à la marque brésilienne Melissa pour la création d’une ligne de chaussures et d’accessoires en plastique eco friendly et 100 % recyclable. La collab’ Melissa X Viktor & Rolf joue sur des finitions brillantes et mates, déclinées dans une palette de couleurs : rose layette, doux bleu, or, blanc et noir. Elle se compose d’une réédition du modèle iconique "Possession" en dentelle florale, de son sac seau assorti et, en exclusivité du modèle "Femme High". Cette ligne premium est entièrement réalisée en Melflex(r), matériau végétalien résistant. FRANCOIS GUILLOT / AFP
36
Pour la créatrice chinoise Guo Pei défiler à Paris a toujours été un rêve. Elle adore Paris et y puise son inspiration. Pour elle "Paris est LA ville de la haute couture, des créateurs, des ateliers, des artisans…". Depuis son enfance, elle est fascinée par l’art et la culture européennes et sa présence dans le calendrier officiel lui permet de tisser et développer des liens entre les deux pays. Mais cette saison pour sa collection couture printemps-été 2020, elle a trouvé son inspiration auprès du sommet de l'Himalaya qui depuis des millénaires symbolise "la voie qui mène à la vérité, la maison des dieux et le temple de l'âme". Le lotus des neiges est l'élément central de cette collection de 22 pièces.  FRANCOIS GUILLOT / AFP
46
Pour sa collection "Premières Conquêtes" printemps-été 2020, Julien Fournié s’inspire des grandes aventurières, qui traversent l’histoire de l’humanité, et de l’émancipation féminine. "Leurs conquêtes prônent la découverte mutuelle, l’acceptation de la différence, l’entraide. Elles cherchent le sens caché du monde, au-delà des apparences, des sexes et des frontières". Le couturier français construit des silhouettes qui en imposent autour de vêtements moins corsetés qu’à son habitude, parés de broderies-talismans ou de gris-gris, l’allure se structure souvent au moyen de ceintures à multiples lanières, comprenant sacs ou cartouchières qui symbolisent l’indispensable équipement de ces conquérantes de nouveaux territoires. Ces femmes mixent l’élégance de leur culture d’origine avec les découvertes de celles qu’elles ont traversé dans une interprétation personnelle. "Haute couture et exploratrices partagent un goût de l’expérience, un pragmatisme et des rencontres que les dogmes établis n’encouragent guére ou déprécient" déclare Julien Fournié. "Je suis persuadé que la recherche éperdue de liberté constitue notre point commun afin d’imaginer le monde en dehors des sentiers trop battus par le marketing de la notoriété, pour sauver la planète et l’humanité" . CINDY VOITUS / HANS LUCAS
56
Alexandre Vauthier est un adepte des créations féminines, sensuelles et sexy. Sa garde-robe d'avant-garde laisse une large place aux robes fendues, aux décolletés, aux asymétries pour une femme moderne qui s'assume toujours pleinement. Sa collection haute couture printemps-été 2020 est là une fois encore pour le prouver avec ses 800.000 cristaux Swarovski qui embellissaient 12 créations couture.  ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
66
Pour sa collection haute couture printemps-été 2020 intitulée "Double Fantaisie", Daniel Roseberry a beaucoup pensé aux femmes et à leur dualité. "J'ai commencé par Elsa Schiaparelli puis j'en suis venu à imaginer deux personnalités, une Surréaliste et une Séductrice". Pour la Surréaliste, diurne, des costumes amples en laine légère drapée déclinée dans une palette de chocolat, caramel, crème, marine, noir. Et pour la Séductrice, noctambule, des robes en soie surteinte et en satin dans des noirs croquants, des blancs et des bleus royaux hypersaturés. "Je voulais rendre hommage à ce sens du détail cher aux surréalistes et aux dadaïstes, qui se concentraient et disséquaient les différentes parties du corps mais également m'inspirer des formes d'Alberto Giacometti". Cette influence transparaît dans les bijoux en laiton en forme de bâtons, références au squelette humain. Ils se posent aux avant-bras, au nombril, aux clavicules, aux cils. Une broderie scintillant sur le buste et les hanches est un clin d'oeil à la robe en crêpe de soie révolutionnaire d'Elsa, datant de 1938. JULIEN DE ROSA / MAXPPP
Vous êtes à nouveau en ligne