La planète mode de Jean Paul Gaultier fait une halte en Espagne

Avec "La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles", la Fundacion Mapfré célèbre les 35 ans de carrière du couturier. Cette exposition internationale -installation contemporaine plus que rétrospective- présente 110 modèles couture et prêt-à-porter, 50 croquis, accompagnés de pièces audio-visuelles, d’extraits de défilés, d’interviews et de ses premiers dessins et photographies. C’est la 1re fois que son œuvre est présentée au public espagnol. « L’Espagne, de par sa culture unique, du flamenco à la movida, a toujours été pour moi une source d’inspiration. J’ai réinterprété ses vestes de toréador, ses éventails ou ses châles sévillans » explique le créateur. A noter que Pedro Almodóvar prête des pièces réalisées pour La piel que habito (2011), La mauvaise éducation (2004) et Kika (1993), qui ne seront visibles qu’à Madrid.
 

Inaugurée en 2011 à Montréal, l’exposition est passée à San Francisco. Elle ira, ensuite, à Rotterdam et Stockholm. Pour Nathalie Bondil, directrice et conservatrice du Musée des beaux-arts de Montréal, il y a chez cet artiste emblématique du XXe au XXIe siècle une vraie générosité et un message social fort, sous couvert d’humour et de légèreté.

"La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles" jusqu'au 6 janvier 2013. Fundacion Mapfre. Salle Recoletos. Paseo de Recoletos nº 23 Madrid. Espagne.

114
Jean Paul Gaultier lance son prêt-à-porter en 1976 et sa haute couture en 1997. Immédiatement, ses designs avant-gardistes fissurent les codes sociaux et esthétiques établis.Jesús Antón/Fundación MAPFRE
214
A découvrir, au sein de l'exposition, 30 mannequins parés de perruques et d'ornements qui s’humanisent grâce à des visages interactifs.Jesús Antón/Fundación MAPFRE
314
Mais aussi des oeuvres inédites d’Andy Warhol, Richard Avedon, Mario Testino, Pierre & Gilles… qui montrent l’importance de son oeuvre aussi bien dans la mode que dans la société.Jesús Antón/Fundación MAPFRE
414
Sans oublier ses collaborations avec le 7e art, la musique ou la danse : Almodóvar et Besson pour le cinéma, Minogue et Madonna pour la pop music, Béjart ou Chopinot pour la danseJesús Antón/Fundación MAPFRE
514
Jean Paul Gaultier prône le droit et la vertu d’être différent, comme moyen d’expression fondamental de l’être humain.Jesús Antón/Fundación MAPFRE
614
L’exposition, en 6 parties, propose un cheminement, à travers ses signes identitaires : marins, sirènes, iconographie religieuse.Jesús Antón/Fundación MAPFRE
714
Son 1er modèle (1971), jamais montré, y est exposé dans la 1re section.Jesús Antón/Fundación MAPFRE
814
Le boudoir donne un aperçu de son enfance et ses 1res influences marquées par la figure de sa grand-mère. Il  y convertit les vêtements cachés en symboles de pouvoir : corsets, jarretelles et soutien-gorge de forme conique.Jesús Antón/Fundación MAPFRE
914
Avec la section A fleur de peau, il définit la peau comme le 1er des vêtements. Jesús Antón/Fundación MAPFRE
1014
"La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles"Jesús Antón/Fundación MAPFRE
1114
Avec Punk Cancan, c’est une fusion de styles et d’influences en principe opposés : élégance et classicisme parisien et le développement du mouvement punk qu’il découvre à Londres (Latex, cuir, dentelles ou filets).Jesús Antón/Fundación MAPFRE
1214
Jungle Urbaine fusionne les influences multi-ethniques : arabes de Barbès, rabbins new yorkais, femmes chinoises, l’iconographie russe ou les maharajas de Bollywood (cuir, peau de python ou de crocodile, plumes d’oiseaux exotiques).Jesús Antón/Fundación MAPFRE
1314
Métropolis s’inspire de la new-wave et de la musique house des années 70. Il explore la haute technologie et la science-fiction.Jesús Antón/Fundación MAPFRE
1414
"La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles"Jesús Antón/Fundación MAPFRE
Vous êtes à nouveau en ligne