Petites et grandes maisons de mode se rebellent contre la frénésie des Fashion Weeks

Préparation d\'une salle pour un défilé le 11 février 2020 à New York aux USA
Préparation d'une salle pour un défilé le 11 février 2020 à New York aux USA (ROY ROCHLIN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Gucci, Saint Laurent et Armani ont lancé le mouvement en affirmant désormais défiler à leur rythme. De plus petites maisons leur ont emboîté le pas et ont signé un manifeste s'engageant à produire moins et à revisiter les défilés. 

"Invivable", l'adjectif revenait souvent chez les créateurs dans les coulisses des défilés ou chez les acheteurs et journalistes entrant dans les "tunnels" des quatre Fashion Weeks annuelles, sans compter les défilés croisière annexes.

Après Saint Laurent, Gucci a renoncé au rituel "démodé" des Fashion Weeks. En parallèle dans une lettre ouverte des centaines d'acteurs du secteur appellent à repenser la fabrication et les défilés.

Les désistements de Gucci, Saint Laurent et Armani sonneront-ils la fin des Fashion Weeks ?

La crise sanitaire provoquée par le coronavirus a poussé les créateurs à réagir. Face à "la tragédie" actuelle, l'influent directeur artistique italien de Gucci, Alessandro Michele, a annoncé qu'il ne présenterait désormais ses collections que "deux fois par an". Il a publié sur Instagram des extraits de son journal intime, tenu tout au long du confinement, dans lequel il dénonce "la tyrannie de la vitesse", "les deadlines imposées par les autres qui risquent d'humilier la créativité" et "la performativité excessive qui n'a plus raison d'être"

Alessandro Michele a décidé d'abandonner "le rituel démodé des saisonnalités" et de proposer "des chapitres irréguliers, joyeux et complètement libres, qui seront écrits dans un mélange de règles et de genres, et se nourriront de nouveaux endroits, codes linguistiques et plateformes de communication". Sa prochaine collection Epilogue sera présentée pendant la semaine de la mode numérique de Milan en juillet

Voir cette publication sur Instagram

5/6 * @alessandro_michele announces a new beginning in ‘The Sacred Power of Producing Reverberations’ is his diary entry for May 3, 2020, shown here in Italian, to follow in English. “I will abandon the worn-out ritual of seasonalities and shows to regain a new cadence, closer to my expressive call. We will meet just twice a year, to share the chapters of a new story. Irregular, joyful and absolutely free chapters, which will be written blending rules and genres, feeding on new spaces, linguistic codes and communication platforms.” #AlessandroMichele Read his diary through link in bio.

Une publication partagée par Gucci (@gucci) le

Fin avril, c'était la maison parisienne Saint Laurent, fleuron comme Gucci du géant du luxe Kering, qui s'était rebellée, en annonçant son retrait du calendrier des Fashions Weeks 2020. "Consciente des changements radicaux" induits par la crise du coronavirus, la marque présentera ses collections à son propre rythme "guidée par les besoins de la créativité" avait martelé le créateur belge de Saint Laurent, Anthony Vaccarello.

Voir cette publication sur Instagram

Conscious of the current circumstance and its waves of radical change, Saint Laurent has decided to take control of its pace and reshape its schedule. Now more than ever, the brand will lead its own rhythm, legitimating the value of time and connecting with people globally by getting closer to them in their own space and lives. With this strategy firmly in place, Saint Laurent will not present its collections in any of the pre-set schedules of 2020. Saint Laurent will take ownership of its calendar and launch its collections following a plan conceived with an up-to-date perspective, driven by creativity.

Une publication partagée par SAINT LAURENT (@ysl) le

L'Italien Giorgio Armani a été parmi les premiers à appeler à se saisir de ce moment et "réparer ce qui ne va pas": "supprimer le superflu" et "retrouver une dimension plus humaine". Il présentera ses collections homme et femme en septembre à Milan mais ne participera pas à la Fashion Week virtuelle cet été.

Un manifeste lancé par Dries Van Noten et Marine Serre

La rébellion de ces poids lourds rejoint les revendications de plus petites maisons, qui ont signé un manifeste lancé par le créateur belge Dries Van Noten et la styliste française Marine Serre. Les signataires de cette lettre ouverte, fruit de discussions qui se sont déroulées par visioconférences lors du confinement, s'engagent à produire moins, à réduire les voyages en privilégiant les showrooms numériques et à revisiter les défilés. 

Voir cette publication sur Instagram

Just in, a group of #designers and retailers, led by Dries Van Noten, are proposing a reset to fashion’s deliveries and discounting calendar. They have tapped Zoom to assemble a “forum” that, after three meetings, is pushing fashion to rethink its traditional calendar, addressing two of the most pernicious issues facing the sector: the timing of collection deliveries and discounts.⁠ ⁠ Today, they released an open letter calling for the industry to realign #fashion deliveries with real-world seasons and push back markdowns. Specifically, the group wants to push the Autumn/Winter season to August through January and push Spring/Summer to February through July. They also want #retailers to delay end of season discounting to January and July, which could mean doing away with money-spinning markdown days like Black Friday, Cyber Monday and Singles Day that help to drive traffic and sales but erode profitability and brand equity for labels and retailers alike.⁠ ⁠ Signatories to the letter include a cross-section of industry players, big and small, from labels like Marine Serre and Thom Browne to retailers such as Selfridges, Nordstrom, Lane Crawford and MyTheresa. Notably absent are brands owned by #luxury supergroups LVMH or Kering, and players that operate outside the luxury sector, including fast fashion giants and mid-market retailers. [Link in bio] : @gettyimages

Une publication partagée par The Business of Fashion (@bof) le

Plusieurs centaines d'acteurs de l'industrie - marques, créateurs ou grands magasins - ont signé ce manifeste parmi lesquels Chloé, Thom Browne, Lemaire, Alexandre Mattiussi, Nordstrom, Bergdorf Goodman, Selfridges et Harvey Nichols....

Fabriquer moins de vêtements et de façon plus respectueuse

"Il est difficile pour une petite maison comme la nôtre (...) de changer les règles du jeu alors qu'il y a tant de marques plus puissantes. Mais on peut choisir de faire les choses bien à notre niveau", a expliqué Marine Serre dans une interview au journal Le Monde. "Il y a certainement trop de Fashions Weeks partout dans le monde. Peut-être qu'une seule pourrait suffire", a-t-elle encore indiqué.

Également dans le journal Le Monde, Dries Van Noten appelle à mettre fin à des soldes et rabais incessants de type Black Friday et plaide pour que les vêtements arrivent en magasin pendant la saison, et non plusieurs mois auparavant comme c'est le cas maintenant, et y restent plus longtemps.

Pour Marine Serre comme pour Dries Van Noten, l'émotion créative est indissociable des défilés mais ceux-ci doivent être rendus "plus écologiques", précise le créateur belge. Il espère que la mode évoluera à la façon de la gastronomie où "on a vu émerger une vague de restaurants de très bonne qualité avec une carte plus courte, des produits de saison, et moins d'ostentation dans le décor".

Vous êtes à nouveau en ligne