Coronavirus : un deuxième créateur chinois annule son défilé prévu à la Paris Fashion Week en mars

Défilé Jarel Zhang pap féminin printemps-été 2020, à la Paris Fashion Week le 1er octobre 2019  
Défilé Jarel Zhang pap féminin printemps-été 2020, à la Paris Fashion Week le 1er octobre 2019   (THOMAS SAMSON / AFP)

Après la créatrice chinoise Shiatzy Chen, c'est au tour du designer Jarel Zhang d'annoncer qu'il ne participera pas à la Fashion Week féminine présentant l'automne-hiver 2020-21, qui se tient du 24 février au 3 mars à Paris

Le créateur chinois Jarel Zhang, qui figure au calendrier de la Fashion Week parisienne, a annoncé le 12 février l'annulation de son défilé "afin de garantir la bonne santé et la sécurité des deux pays et de réduire le nombre de contacts". Cette décision a été prise "après longue réflexion et délibération", à cause du nouveau coronavirus apparu en décembre 2019 en Chine.

Le défilé automne-hiver 2020-21 de Jarel Zhang était prévu le 3 mars à Paris. "La marque donne rendez-vous à la Fashion Week printemps-été 2021 pour son grand retour sur les podiums avec sa nouvelle collection", conclut le communiqué.

A Paris, la Fédération de la haute couture et de la mode a indiqué "qu'aucune disposition n'a pour l'instant été prise et qu'à ce jour, elle n'avait reçue aucune consigne sanitaire".

Les semaines de la mode dans l'attente

Lors de la semaine de la mode new-yorkaise début février, le défilé de la maison chinoise Mukzin s'était tenu devant une salle en partie vide. "Mukzin pourrait être la seule marque chinoise que vous verrez à cette Fashion Week, pour la raison que vous connaissez tous, le coronavirus en Chine", avait expliqué à l'assistance une porte-parole. La Fashion Week de New York - qui a ouvert ses portes ces dernières années aux designers chinois et a attiré acheteurs, médias et influenceurs venus de Chine - est la première semaine de la mode à être confrontée au coronavirus. 

La Chambre syndicale britannique de la mode a déjà indiqué s'attendre à ce que le contingent chinois "soit considérablement réduit" pour la Fashion Week de Londres automne-hiver 2020-2021 (14-18 février). De son côté, la Chambre italienne de la mode a annoncé qu'un millier d'acheteurs, journalistes ou stylistes devraient manquer à l'appel de la Fashion Week de Milan (18-24 février). 

Les salons professionnels déjà touchés

Maintien des manifestations, report ou annulation : touchés par les défections de participants, les organisateurs de salons internationaux s'interrogent sur l'attitude à adopter. "Si la situation devait se dégrader, avec un cas de contamination sur un salon, on passerait en mode crise avec des mesures de précaution renforcées, par exemple en limitant l'accès à l'événement", a indiqué Fabrice de Laval, directeur juridique du syndicat français de l'événementiel, Unimev. Si des salons ont été annulés ces dernières semaines à cause de l'épidémie de Covid-19, il s'agissait d'événements organisés en Asie. En Europe, les décisions ont été moins radicales, même si un salon horloger a été annulé à Zurich. "La présence de la Chine dans les salons internationaux est aujourd'hui bien plus importante que lors de l'épidémie de SRAS. Du coup, l'impact est plus important", a expliqué Philippe Pasquet, directeur général du pôle salons de la société spécialisée française GL Events. 

Au-delà des salons, c'est l'ensemble des événements professionnels internationaux qui pourrait se voir menacé. "On aura beaucoup moins de monde aux défilés, les professionnels et les influenceurs chinois du secteur ne vont pas venir et on va mettre en place des moyens vidéo. Cela peut représenter 30% d'invités en moins sur les défilés selon les marques", a prévenu le PDG de Kering, François-Henri Pinault, à la veille des Fashion Week de Milan et Paris.

Le Covid-19 a fait 1.113 morts, selon les autorités sanitaires chinoises. Pour l'instant, 99,9% des décès enregistrés dans le monde l'ont été en Chine continentale. 

Vous êtes à nouveau en ligne