Dior retrace son histoire au sein de La Galerie jouxtant sa boutique rénovée de l'avenue Montaigne

Au lendemain de la Paris Fashion Week, la maison Dior a lancé La Galerie, un lieu symbolisant l’esprit de la haute couture parisienne, perpétuant la mémoire de cette adresse historique. Top départ de la visite guidée où se côtoient vêtements et accessoires, croquis originaux et documents d’archives, pour la plupart exposés pour la première fois. 

Après deux ans de travaux, la boutique Dior du 30 avenue Montaigne à Paris - qui abrite les ateliers de la maison où sont nées pendant soixante-dix ans les collections - s'adjoint la Galerie Dior. Ce lieu témoigne de l’audace visionnaire de Christian Dior, couturier et parfumeur, et de ses successeurs : Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et Maria Grazia Chiuri. Au gré d’un récit scénographique imaginé par Nathalie Crinière, La Galerie raconte l’épopée parisienne de la haute couture et des parfums en treize thématiques.

Un escalier en colimaçon de marbre blanc - au centre d'un atrium présentant 1422 objets Dior en version miniature (robes, sacs, chaussures, flacons de parfums... ) déclinés dans toutes les couleurs de l'arc en ciel - marque de façon spectaculaire le point de départ de la visite. Dans la première salle qui aborde la vie du couturier, les archives sont nombreuses tant vestimentaires qu'iconographiques. Le parcours labyrinthique, ponctué de marches à descendre ou à monter, révèle quelques surprises : la découverte du bureau de Monsieur Dior, une pièce au plancher de verre où l'on aperçoit reconstituée la cabine où les mannequins étaient maquillés. Autres incontournables : la rencontre avec deux couturières en train de broder et l'incroyable cabinet de curiosités recélant de multiples trésors, comme cette robe miniature organza de la collection haute couture printemps-été 2018...

Tout serait parfait si la visite n'était ponctuée de l'incessant cliquetis des alarmes de sécurité situées au sol, qui se déclenchent dès que les visiteurs s'approchent un peu trop près des robes, car par endroit l'espace de circulation est un un peu étroit. 

La réservation d’un créneau horaire est obligatoire sur le site galeriedior.com (11, rue François 1er. 75008 Paris). 

16
La visite de la galerie Dior débute par une première section consacrée au fondateur de la maison Christian Dior (1905-1957). Robes, coupures de presse, magazines, photos en noir et blanc, illustrations et extraits vidéos... amorcent ce parcours labyrinthique. Kristen Pelou
26
Après la descente de quelques marches, la visite de la galerie Dior se poursuit par les Jardins enchantés. Ici boutons de roses éclosent sur ses modèles en broderies ou en imprimés poétiques. L'amour de Monsieur Dior pour les fleurs naît dès son enfance à Granville en Normandie dans la maison familiale les Rhumbs et sa roseraie surplombant la mer. Kristen Pelou
36
La section suivante de la galerie Dior est consacrée à l'allure que l'on découvre au travers de ses six successeurs : Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et Maria Grazia Chiuri. Kristen Pelou
46
Un peu plus loin dans la galerie Dior, nous voici dans les ateliers et dans une pièce où sont exposées les toiles blanches, expressions en volume d'un croquis qui donneront ensuite vie aux modèles haute couture. Kristen Pelou
56
La galerie Dior s'intéresse également à la fascination du couturier depuis l'enfance pour les grands bals du XXe siècle et des fêtes organisées à cette occasion. Une sélection de robes de bals sont exposées.  KRISTEN PELOU
66
La galerie Dior aborde également le pouvoir de l'or, un métal qui exerce depuis l'Antiquité une véritable fascination, que Christian Dior utilisera tant pour parer ses modèles que pour ses flacons de parfum.  Kristen Pelou
Vous êtes à nouveau en ligne