Sylvain Tesson remporte le Renaudot pour "La Panthère des neiges"

Sylvain Tesson, prix Renaudot 2019
Sylvain Tesson, prix Renaudot 2019 (JOEL SAGET / AFP)

Le Renaudot a été octroyé dans la foulée du Goncourt à Sylvain Tesson pour "La panthère des neiges" (Gallimard).

Le Prix Renaudot a récompensé l'écrivain voyageur Sylvain Tesson pour La Panthère des neiges (Gallimard), récit de voyage en forme de quête, avec le photographe Vincent Munier. 

Sur les traces d'un animal menacé d'extinction

Grand baroudeur, amateur des sommets et connaisseur du Tibet qu'il a parcouru de nombreuses fois, véhiculé, à pied ou à vélo, Sylvain Tesson a pris à nouveau la direction des hauts plateaux, en plein hiver, avec le photographe animalier Vincent Munier, à la recherche de cet animal, la panthère des neiges, dont il reste à peine quelques milliers de spécimen au monde. 

A 5000 mètres d'altitude, "les conditions d'observation deviennent très difficiles, il faut parfois rester immobile pendant trente heures consécutives par -30° C pour apercevoir quelques minutes le passage majestueux de l'animal"... L'occasion d'une réflexion, Tesson "nous entraîne dans cette aventure singulière où l'on s'intéresse autant à l'art de l'affût animalier qu'à la spiritualité asiatique".

Lauréat surprise

Sylvain Tesson est un lauréat surpise puisque son roman ne figurait pas dans la liste des quatre finalistes des Renaudot qui étaient Victoria Mas, primo-romancière,  (Le bal des folles, Albin Michel), l'écrivain franco-djiboutien Abdourahman Ali Waberi (Pourquoi tu danses quand tu marches?, JC Lattès), Jean-Luc Coatalem, Emma Becker (La maison, Flammarion) et Jean-Noël Orengo (Les jungles rouges, Grasset). Le Prix Renaudot est coutumier de ce type de surprises, l'année dernière Valérie Manteau (pour Le sillon, éditions Le Tripode), ne figurait pas non plus dans la liste des finalistes.

Le prix Renaudot, créé en 1926 par des journalistes et critiques littéraires en attendant les résultats de la délibération du jury du prix Goncourt, reste l'un des plus prestigieux prix littéraires. Il est aussi très prescripteur, troisième après le Goncourt et le Goncourt des lycéens, s'écoulant à 219.800 exemplaires en moyenne (selon une étude de l'institut GfK pour le magazine Livres Hebdo, sur la période 2014-2018). 

Vous êtes à nouveau en ligne