"Soif", le roman d'Amélie Nothomb sélectionné pour le Goncourt, s'installe en tête des ventes

L\'auteure belge Amélie Nothomb en 2016. 
L'auteure belge Amélie Nothomb en 2016.  (JOEL SAGET / AFP)

Le 28e livre de la romancière belge est l'unique roman de la rentrée littéraire à figurer dans le très sélectif Top 20 des meilleures ventes de livres. 

En lice pour le Goncourt, Soif, le dernier roman d'Amélie Nothomb a pris la tête des ventes de livres (tous formats confondus) selon le classement GfK/Livres Hebdo à paraître le 6 septembre dans l'hebdomadaire des professionnels du livre. Publié par Albin Michel et bénéficiant d'un tirage de 180.000 exemplaires, le 28e opus de la romancière belge est l'unique roman de la rentrée à figurer dans le très sélectif Top 20 des meilleures ventes de livres. Dans son roman, retenu le 3 septembre par le jury du prix Goncourt, Amélie Nothomb se met dans la peau de Jésus juste avant sa crucifixion.

Amélie Nothomb était l'invité de La Grande Librairie sur France 5, mercredi 4 septembre

Concernant le classement des meilleures ventes dans la seule catégorie roman en grand format, Amélie Nothomb est naturellement en tête devant le Suédois David Lagercrantz qui signe le sixième opus de la saga Millénium. On retrouve dans cette catégorie du classement d'autres auteurs retenus par l'académie Goncourt comme Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois (L'Olivier) en troisième position ou Les choses humaines de Karine Tuil (Gallimard) en cinquième. 

Yann Moix 4e en catégorie roman

Également en lice pour le Goncourt, Rouge impératrice (Grasset) de Léonara Miano fait son entrée dans ce classement à la 36e place. Yann Moix occupe la 4e place du classement en catégorie roman pour Orléans (Grasset). Ce livre a été écarté de la sélection du Goncourt pour "au moins trois raisons" : une deuxième partie du texte moins bonne littérairement, la "polémique familiale" sur les accusations de torture. Et enfin, la crainte que le jury soit accusé sur les réseaux sociaux "de faire la promotion de l'antisémitisme", a énuméré Bernard Pivot sur RTL. 

On trouve également dans ce classement plusieurs livres qui sont restés jusqu'à présent ignorés par les jury des prix littéraires. C'est notamment le cas de Une joie féroce (Grasset) de Sorj Chalandon à la 7e place du classement, Civilizations (Grasset) de Laurent Binet à la 9e place, La mer à l'envers (P.O.L) de Marie Darrieussecq à la 10e place et Une partie de badminton d'Olivier Adam, 16e du classement.  Après le Renaudot et le Goncourt cette semaine, le jury du Médicis doit dévoiler sa première sélection lundi et le jury exclusivement féminin du Femina fera connaître son choix mercredi.

Vous êtes à nouveau en ligne