Sofia Aouine prix de Flore pour "Rhapsodie des oubliés", un roman qui raconte le quotidien de la Goutte-d'Or

La romancière Sofia Aouine, à La Grande Librairie sur France 5
La romancière Sofia Aouine, à La Grande Librairie sur France 5 (BALTEL/SIPA)

Sofia Aouine reçoit le prix de Flore pour son premier roman, "Rhapsodie des oubliés" (La Martinière), qui met en scène un enfant du quartier parisien de la Goutte-d'Or

La primo-romancière Sofia Aouine a reçu mardi le prix de Flore pour Rhapsodie des oubliés (La Martinière), un livre qui met en scène un gamin de Paris d'aujourd'hui. La romancière, âgée de 41 ans, a été choisie au premier tour par sept voix contre cinq à Emma Becker en lice pour La maison (Flammarion).

Le prix devait être remis à la lauréate en soirée dans le célèbre café éponyme de Saint-Germain-des-Prés à Paris.

Rhapsodie des oubliés met en scène Abad, un jeune garçon de 13 ans, malicieux et turbulent, au coeur de la Goutte-d'Or, un des derniers quartiers populaires de Paris. Abad, gosse à la langue bien pendue, n'est pas sans rappeler le Antoine Doinel des Quatre-cents coups de François Truffaut. Il rêve d'un avenir meilleur mais dans la jungle urbaine où une population démunie et bigarrée tente tant bien que mal de cohabiter, ses aspirations sont vite reclassées au rang des illusions perdues.

Le quotidien du quartier parisien de la Goutte-d'Or

Le roman commence avec cette phrase terrible : "Ma rue raconte l'histoire du monde avec une odeur de poubelles." Le livre, vif et enlevé, (208 pages, 18 euros) raconte le quotidien d'un quartier (où réside l'écrivaine) et l'odyssée de ses habitants.

Le prix de Flore, qui entend récompenser un écrivain au "talent prometteur", consiste en un chèque de 6 100 euros ainsi qu'un verre de Pouilly gravé au nom du lauréat, "à consommer sans modération" durant une année au Café de Flore.

L'an dernier, le prix avait été attribué au primo-romancier Raphaël Rupert pour Anatomie de l'amant de ma femme (L'Arbre vengeur).

Vous êtes à nouveau en ligne