Le Goncourt des Lycéens est attribué à Karine Tuil pour "Les Choses humaines"

La romancière Karine Tuil le 13 novembre 2019 à Paris.
La romancière Karine Tuil le 13 novembre 2019 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Il s'agit du 11e ouvrage de la romancière qui a déjà raflé le prix Interallié mercredi.

L'écrivaine Karine Tuil a remporté, jeudi 14 novembre, le Goncourt des Lycéens pour Les Choses humaines (Gallimard). Ce roman, le onzième de l'auteure, raconte une affaire de viol et parle aussi de domination, des faux-semblants et du culte de la performance.

"Je suis extrêmement émue car j'ai plusieurs fois participé au Goncourt des Lycéens (...) C'est une très grande joie de participer à ces échanges avec les lycéens. D'autant que cette édition était particulièrement riche", a réagi auprès de l'AFP la romancière par téléphone.

Karine Tuil l'a emporté au premier tour avec 7 voix, contre 5 à Louis-Philippe Dalembert pour "Mur Méditerranée" (Sabine Wespieser). Au palmarès du Goncourt des Lycéens, elle succède à David Diop pour Frère d'âme (Seuil), lauréat en 2018.

La romancière a été distinguée pour "la force et la finesse de l'écriture, le thème d'actualité, une réflexion profonde sur nos agissements", a indiqué le représentant du jury après l'annonce du verdict.

Karine Tuil venait d'être récompensée mercredi par le prix Interallié pour le même ouvrage. Sorti en août, le roman s’est déjà écoulé à 34 000 exemplaires selon des données de GfK citées par le magazine professionnel Livres Hebdo.

Un prix très attendu par les éditeurs

Le prix Goncourt des Lycéens est très attendu des éditeurs car il est l'un des plus prescripteurs auprès des lecteurs. Il est dissocié depuis quelques années du Goncourt officiel décerné la semaine précédente. Le résultat a été donné à Rennes à l'issue de deux mois de travail studieux et de longues délibérations.

Environ 2000 lycéens, appartenant à une cinquantaine d'établissements scolaires dans tout le pays, dont un lycée de Fort-de-France (Martinique), ont été embarqués dès la rentrée de septembre dans l'aventure par leurs professeurs, sous la houlette du ministère de l'Éducation nationale et de la Fnac. Des jeunes issus d'horizons très divers : du lycée agricole de Rodilhan (Gard) à de prestigieux lycées parisiens, de filières générales comme professionnelles, de classes de seconde à des BTS, de l'enseignement public comme privé.

Vous êtes à nouveau en ligne