Femina, Renaudot, Goncourt... Des prix littéraires aussi prestigieux que lucratifs

France 2

Très attendus par les auteurs et les maisons d'édition, les prix littéraires ont une réelle influence sur les ventes de livres.

Les prestigieux prix littéraires, comme le Fémina, récemment remis au journaliste Philippe Lançon pour son livre sur les attentats de Charlie Hebdo (Le lambeau, chez Broché), peuvent rapporter gros. C'est en effet l'assurance pour les maisons d'édition de vendre en cascade. 407 000 exemplaires sont vendus chaque année en moyenne pour le Goncourt et 257 000 pour le Renaudot.

Trois éditeurs se partagent le butin

Un jackpot qui revient historiquement aux maisons Gallimard, Grasset et Le Seuil. Elles ont raflé à elles seules plus de la moitié des prix littéraires ces 20 dernières années. Des ventes dopées, surtout à l'approche des fêtes de fin d'année. Les Français font en effet confiance aux livres récompensés pour leurs cadeaux de Noël. Or la moitié des ventes de livres est réalisée à cette période de l’année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne